FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 12 décembre 2018

Alfred et Diane Arsenault, d’Abram-Village, ont assisté à la présentation de Claude Boudreau (à gauche).  (Photos : Ericka Muzzo)


À la suite d’un voyage en France où il a constaté la difficulté d’accéder aux lieux historiques des Acadiens, Claude Boudreau a décidé de se consacrer à rendre ce patrimoine plus accessible.  Vingt-cinq ans plus tard, son rêve est enfin devenu réalité avec son entreprise de voyage, DiasporAcadie. 

«Plus jeune, je voulais étudier, soit en histoire, soit en marketing.  Un conseiller d’orientation m’a dit “si tu veux être pauvre toute ta vie, va en histoire”, donc j’ai choisi la deuxième option.  Mais j’ai conservé une passion pour ma généalogie et le voyage, et j’ai finalement démarré ma propre compagnie», a expliqué Claude Boudreau lors d’une conférence au Musée acadien de l’Î.-P.-É., le dimanche 2 décembre dernier. 

Depuis sept ans cet Acadien, qui a grandi au Québec, mais a conservé ses racines à Chéticamp, organise des voyages en Louisiane, en France et en Acadie, pour faire découvrir la diaspora acadienne à travers l’histoire.  «On apprend énormément! Moi-même, à chaque voyage, je découvre de nouvelles choses, des petits détails ou parfois de plus grosses révélations.  L’un des objectifs est vraiment de mieux comprendre notre histoire et la culture acadienne», énonce Claude Boudreau.


Pas un autre bus de touristes

Après des années de rencontres et de contacts à travers le monde, il constate que la meilleure manière de voyager est d’aller à la rencontre des locaux.  «Partout où il y a eu des Acadiens, il y a des gens qui se passionnent pour leur histoire.  On fascine le monde!» s’exclame le conférencier, qui laisse une grande place aux guides natifs dans les voyages qu’il organise.

La formule semble plaireaux participants, qui reviennent souvent pour plus d’un voyage.  Dans l’assistance d’une quinzaine de personnes présentes à la conférence, la plupart avaient déjà été clients de DiasporAcadie, et comptaient même répéter l’expérience avec un autre des six forfaits disponibles. 

«Le fait de rencontrer des gens de l’endroit, de parler avec eux, ça évite de voyager seulement comme un touriste de passage! Il y a une connexion qui se fait, les gens s’assoient et mangent ensemble, et on découvre des aspects qu’on ne verrait pas autrement», constate Théo Thériault, participant du voyage en Louisiane en 2013. 

C’est également une occasion de remettre les pendules à l’heure en ce qui concerne l’histoire des Acadiens.  «Cha-que peuple a son histoire populaire, qui a été un peu déformée avec les années.  Par exemple, beaucoup pensent probablement qu’Évangéline était une vraie personne, mais ce n’est pas le cas.  Il y a des mythes puissants, et de connaître la vérité, nous permet de comprendre davantage de choses», constate Claude Boudreau, dont les yeux pétillent lorsqu’il présente les différents sites historiques visités à chaque endroit. 


Des nouveautés

Outre la France et la Louisiane, les deux voyages les plus fréquents, une excursion est prévue pour le Congrès mondial acadien (CMA) 2019.  «Dans le futur, j’aimerais organiser davantage de voyages en Acadie, afin que les gens se rencontrent et se visitent un peu plus», explique le fondateur de DiasporAcadie.  Il caresse aussi l’idée de mettre sur pied des forfaits en Angleterre, en Irlande et en Écosse, ainsi qu’aux îles Malouines et dans l’Acadie du Québec, notamment pour le ralliement acadien du Québec à Trois-Rivières, en 2020. 

Il faut actuellement prévoir entre 4 000 $ et 6 000 $ pour un voyage hors pays, et environ 800 $ pour le voyage au CMA, plus court.  Les détails des voyages se trouvent au www.diasporacadie.com. 

«Le bouche-à-oreille fonctionne très bien en Acadie», mentionne Claude Boudreau pour expliquer le succès de sa compagnie.  Toujours à la recherche de nouvelles avenues à explorer pour creuser plus profondément l’histoire des Acadiens, celui-ci n’est pas inquiet que son public cible s’estompe, car il constate qu’il y aura toujours chez ces derniers un fort appétit pour partir sur les traces de leurs ancêtres. 

Plusieurs membres du public ont discuté avec Claude Boudreau en vue d’un éventuel voyage ou pour le plaisir de parler de l’histoire des Acadiens.



- Par Ericka Muzzo

L'Île-du-Prince-Édouard en images