FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 29 décembre 2018

Les jours d’école manqués en raison de la température forcent les enseignants à être créatifs.  En vertu de leur convention collective, c’est à chacun de décider comment gérer la matière à rattraper, un équilibre fragile qui ne veut pas tomber dans le bourrage de crâne.  Il n’est pas commun queles écoles de l’Île dussent fermer avant les vacances de Noël, en raison de tempêtes.  Les aléas de la nature sont toutefois impossibles à prévoir, une réalité avec laquelle le système scolaire doit composer chaque hiver.  «Une année, on avait même dû fermer pendant 13 jours», se souvient la directrice de l’instruction à la Commission scolaire de langue française, Julie Gagnon. 

Le 7 septembre 2018
Dès l’automne, trois des six écoles francophones de la province auront accès à de nouvelles ressources en santé mentale, dans le cadre du projet des « équipes de bien-être scolaire » du ministère de l’Éducation, du Développement préscolaire et de la Culture. La province a embauché cet été une vingtaine de spécialistes pour desservir les familles d’écoles anglophones de Colonel Gray, de Souris, de Morrell et de Bluefield, situées à l’est de l’Î.-P.-É.  Il s’agit de thérapeutes en santé mentale, d’infirmières, de travailleurs d’approche et de conseillers en counseling.

Le 22 août 2018
Le nombre d’enfants inscrits aux écoles de langue française de l’Île-du-Prince-Édouard connaît une fois de plus une augmentation cette année.  Alors qu’il y avait 937 élèves dans les six écoles en 2017, la commission scolaire en attend 991 pour septembre.  En huit ans, La Commission scolaire de langue française (CSLF) a vu le nombre d’élèves inscrits augmenter de 21 %.

Le 2 mai 2018
En tant que président de l’organisme porte-parole de la communauté acadienne et francophone, Guy Labonté voit les élections scolaires de la fin mai comme une occasion pour la communauté acadienne et francophone d’exercer un droit, mais aussi un devoir important.  «Premièrement, quand on décide d’aller voter, pour un candidat ou un autre, on s’intéresse plus à ce que nos commissaires élus font ou ne font pas.  Le vote comme tel est une partie importante de la démocratie, mais ce qui se passe ensuite l’est aussi.  Les électeurs de toutes les zones sont en droit de s’attendre à ce que leur commissaire ou leurs commissaires parlent pour eux aux réunions et qu’ils questionnent les décisions à prendre jusqu’à ce qu’ils se sentent à l’aise de décider», a insisté le président de la Société Saint-Thomas-d’Aquin. 

Le 1er mai 2018
La Commission scolaire de langue française (CSLF) et la Fédération des parents de l’Île-du-Prince-Édouard organisent des sessions d’information sur les élections scolaires dans chacune des six régions scolaires de la province. Le but de ces sessions est d’informer les personnes intéressées à l’éducation de langue française et de les encourager à soumettre leur candidature aux élections de la CSLF et d’exercer leur droit de vote le 28 mai prochain.

L'Île-du-Prince-Édouard en images