FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 8 avril 2020

- Par Jacinthe Laforest

Natascha Joncas, directrice générale de la CSLF.  (Photo : J.L.)

 

Les élèves de la Commission scolaire de langue française sont à la maison, comme tous les autres élèves ailleurs au Canada.  Natascha Joncas, directrice générale, confirme que l’enseignement va se poursuivre et que tout est mis en place pour que la réussite scolaire soit au rendez-vous.

 

À l’évidence, les élèves qui devraient obtenir leur diplôme de 12e année en juin sont suivis de près.  «Nos conseillers en orientation revoient le dossier de chaque élève pour pouvoir lui procurer les apprentissages dont il a besoin pour obtenir les crédits essentiels en vue de rentrer à l’université ou au collège.  Tous les élèves de dernière année au Canada sont dans le même bateau.  Les universités et les collèges sont déjà en train de prévoir des façons d’adapter leurs cours à la rentrée.  Aucun élève en situation de réussite ne sera refusé en raison de la pandémie», a assuré Natascha Joncas, au nom de la CSLF. 

 

Les programmes scolaires au niveau secondaire seront condensés afin de cibler les apprentissages essentiels. Les programmes qui comprennent une composante pratique comme les cours de COOP, seront suspendus.

 

Les technologies trouvent leur raison d’être

 

L’accès à Internet est incontournable pour la nouvelle façon de travailler.  «Ce lundi (30 mars), nous avons envoyé par courriel un sondage à tous les parents pour vérifier qui a accès ou non à Internet et à un ordinateur.  On est jeudi (2 avril) et nous présumons que ceux qui n’ont pas répondu n’ont pas Internet ou n’ont pas une connexion fiable ou n’ont pas les bons outils.  Nous nous préparons à leur téléphoner pour vérifier.  Ça nous permet d’adapter notre modèle de livraison des ressources».

 

La CSLF ne peut pas, évidemment, aller installer Internet partout où elle le voudrait, mais pour les outils genre ordinateurs et supports électroniques, elle prévoit être capable d’aider. 

 

«Nous avons des Chrome Books dans nos écoles et attendons le feu vert de la part du Ministère et du Dre Morrison quant au comment la distribution pourra se faire de manière sécure.  Les enseignants vont se rendre dans leurs classes mardi prochain (le 7 avril) et récupérer des outils, des ressources, et ce qu’il leur faut pour finalement pouvoir compléter et envoyer les bulletins», dit la DG.

 

En effet, en raison du virus malveillant détecté dans les serveurs du gouvernement provincial vers la fin de février 2020, des mesures de sécurité visant à limiter les dommages à d’autres serveurs ont empêché les enseignants de produire les bulletins avant la semaine de relâche.  Les bulletins seront envoyés dans les prochaines semaines..

 

Un survol des directives d’instruction niveau par niveau

Maternelle

Les enseignants de la maternelle fourniront un total de 30 minutes de matériel d’apprentissage holistique par jour.

 

Primaire (1re à 3e)

Les cours de littératie et de numératie seront axés sur les apprentissages fondamentaux.

Les enseignants du primaire fourniront un total de 45 minutes de matériel pédagogique/d’apprentissage par jour (30 minutes de littératie et 15 minutes de mathématiques).

 

Élémentaire (4e à 6e)

Les cours de littératie et de numératie seront axés sur les apprentissages fondamentaux.

Les enseignants du primaire fourniront un total de 60 minutes de matériel pédagogique/d’apprentissage par jour (40 minutes de littératie et 20 minutes de mathématiques).

 

Intermédiaire (7e à 9e)

Les enseignants du niveau intermédiaire fourniront un total de 90 minutes de matériel pédagogique par jour (collectivement) : 30 minutes  par jour de mathématiques, 40 minutes de littératie, et 20 minutes par jour pour les sciences et les sciences humaines (littératie, sciences humaines.  La science PEUT être intégrée).  Dans la mesure du possible, les sciences humaines et les sciences seront intégrées dans le volet littératie.

 

École secondaire (10e à 12e)

Les enseignants du secondaire fourniront un maximum de 2 heures au total de matériel pédagogique/d’apprentissage pour chaque cours par semaine.

 

Un continuum

 

De la maternelle à la 12e année, et même jusqu’au postsecondaire, le système scolaire repose sur un continuum.  Les connaissances s’ajoutent les unes aux autres, année après année.  Cela fait dire à la Commission scolaire de langue française que les enseignants prendront les élèves où ils en sont, lorsque l’école recommencera et les apprentissages se poursuivront. 

 

«Nous faisons tout notre possible, un jour à la fois.  Les enseignants sauront s’adapter et ils accompagneront leurs élèves vers la réussite scolaire.  Le prochain mois sera une nouvelle expérience et nous pourrons analyser ce qui se passe bien et comment adresser nos défis», a conclu Natascha Joncas, elle-même à domicile  en Nouvelle-Écosse. 

L'Île-du-Prince-Édouard en images