FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 18 décembre 2019

- Par Marcia Enman

Pamela Gallant a remporté le prix «Women in the Director’s Chair» pour son long métrage «Monica’s Newsau Festival du film de Whistler qui se tenait au début décembre.(Photo : Gracieuseté)

 

Réalisatrice de séries documentaires et de courtes dramatiques, Pamela Gallant, originaire de Wellington à l’Île-du-Prince-Édouard vient de remporter un prix.  La cinéaste acadienne a remporté le plus important prix de l’organisme «Women in the Director’s Chair» (WIDC), au Festival du film de Whistler en Colombie-Britannique.

 

La réalisatrice-productrice a remporté ce prix en nature pouvant atteindre 200 000 $ en services et locations pour un projet de long métrage scénarisé qui est réalisé par une femme canadienne.

 

Ce prix a l’objectif d’encourager un plus grand nombre de longs métrages qui sont réalisés par des femmes canadiennes et des minorités sexuelles.

 

Elle a remporté le prix WIDC pour «Monica’s News», qui estmarqué comme un long métrage de fiction.  C’est l’histoire d’une fillette de neuf ans et des traditions ancestrales du village isolé de Millman, en Nouvelle-Écosse, en été 1974.  «Dans les années 70, alors que les groupes féministes se battaient héroïquement pour l’égalité dans les grandes villes de l’Amérique du Nord, dans les régions rurales isolées, les jeunes filles et les femmes s’attaquaient courageusement aux inégalités sexistes de leur époque. Elles vivaient souvent au sein de leur propre famille et dans les communautés religieuses, à de grands frais personnels», explique Pamela Gallant dans un communiqué de presse.  «Leurs histoires sont beaucoup moins connues, c’est pourquoi j’ai écrit “Monica’s News”».

 

Autres réalisations

 

Pamela Gallant a réalisé et monté plus de 70 documentaires qui ont été filmés et diffusés en Amérique du Nord et en Europe. 

 

Réalisatrice et monteuse de séries documentaires et courtes dramatiques, Pamela raconte des histoires humaines depuis plus de trente ans.  Elle a eu l’occasion de filmer des sujets parcourant le Canada et l’Europe en tant que réalisatrice de séries et de livrer des histoires touchantes et innovatrices.  «J’ai touché à tous les genres.  Je continue d’évoluer avec les tendances.  Mon intérêt réside surtout dans les récits porteurs de changements sociaux, et tout ce qui est créatif». 

 

Sa courte dramatique, «La voisine», lui a mérité le prix Best Atlantic Short au Atlantic Film Festival en 2007, et son documentaire Port-au-Port a remporté le prix TV5 pour la meilleure œuvre franco-canadienne au Rendez-vous du cinéma québécois en 2012. 

 

Voici quelques autres titres : Les Îles de l’Atlantique (nommé pour Prix Gémeaux 2017), La Pêche maudite (Canal D), Walk on the Wild Side, Herméngilde Chiasson : l’art de la contrainte (Unis), E-Love (Oxygen UK), Coming Out (TéléQuébec), Les Chemins de Marie (Excentris Montréal), Le Mystère d’Alzeimer (meilleur film scientifique, Festival du scoop, France), Plus grand que la mer (Radio-Canada), White Brush Red Wine Death in a Paris Café...

 

Pamela a étudié le cinéma au Cégep de Saint-Jérôme et à l’Université York, puis a fait un stage de trois mois en réalisation de longs métrages à Paris, France. 

 

Elle rest revenu brièvement à l’Île-du-Prince-Édouard en 1986 pour réaliser son premier court métrage indépendant, «Au rythme du courant», qui lui a valu par la suite le Prix du mérite en réalisation du Festival du film de l’Atlantique. 

 

Avec Au rythme du courant, Pamela devient la première femme de l’Île à réaliser un film.  Son expérience dans le domaine du documentaire influence son travail dans le domaine de la fiction, et son travail dans le domaine de la fiction influence son travail dans le domaine du documentaire.  Les deux formes sont des créations complètes avec le protagoniste au cœur de chaque histoire. 

 

Avec Monica’s News, Pamela revient à ses racines pour raconter une histoire rurale unique avec des personnages féminins forts, apportant plus de trois décennies d’expérience cinématographique. 

L'Île-du-Prince-Édouard en images