FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 29 janvier 2019

Pour l’édition 2019 de son discours annuel sur l’état de la province, le premier ministre Wade MacLauchlan s’est penché sur le bilan de son gouvernement au cours de son dernier mandat de quatre ans, qu’il a jugé très positif.  Durant l’allocution d’une trentaine de minutes, exclusivement en anglais, il a mis l’accent sur la situation économique favorable de l’Î.-P.-É., mentionnant au passage le logement, la démographie et les changements climatiques. 


C’était le dernier discours du mandat actuel du gouvernement libéral, comme des élections provinciales devraient avoir lieu cette année.  Cela s’est ressenti dans les thèmes abordés, et dans les propos du premier ministre.  «Nous avons fait énormément de progrès depuis quatre ans, la province va mieux que jamais.  Nous avons refermé l’écart qui nous séparait des autres provinces canadiennes, et nous en partageons les bénéfices.  Les communautés de l’Île sont fortes et relèvent les défis ensemble», a-t-il affirmé à plusieurs reprises. 

À titre d’exemple, il a notamment cité l’Î.-P.-É. comme la deuxième plus grande croissance économique au Canada entre 2015 et 2019.  M. MacLauchlan a également mentionné le taux de chômage, qui demeure inférieur à 10 % depuis huit mois consécutifs.  Il a cependant omis de préciser que ce taux persiste à être l’un des plus élevés au Canada, notamment en raison du nombre élevé d’emplois saisonniers. 

Soulignant que les Prince-Édouardiens ont aujourd’hui «plus d’argent dans leurs poches et une meilleure qualité de vie», le premier ministre a reconnu l’importance d’investir dans la réduction de la pauvreté, dans la santé et dans l’éducation.  Plutôt que de parler d’une «crise» du logement, il a mentionné un «point crucial» et la promesse du gouvernement d’investir dans le logement abordable.  Le 16 janvier dernier, le gouvernement du Canada et celui de l’Î.-P.-É. ont signé une entente de 10 ans sur le logement, promettant des investissements d’au moins 15 millions pour des logements communautaires et sociaux.

Sur la question de l’immigration et de la rétention de nouveaux arrivants, Wade MacLauchlan s’est aussi félicité du gain de population dont bénéficie l’Île depuis 2016, une croissance inusitée.  «Nous avons réussi à inverser la tendance d’immigration interprovinciale.  L’augmentation est constante, avec moins de départs et plus d’arrivées», a souligné le chef du parti libéral, mentionnant également que les régions rurales obtiennent leur part de nouveaux emplois et de travailleurs. 

En fin de discours, M. MacLauchlan a accordé quelques minutes aux défis à venir pour l’année 2019, mais s’est surtout concentré sur les changements climatiques auxquels il faudrait rapidement faire face.  Il n’a pas abordé la question des centres de la petite enfance, dont les associations sont en campagne pour dénoncer les conditions de travail des éducatrices.  À l’aube d’une année électorale, le premier ministre ne s’est pas mouillé quant aux défis qu’affronte actuellement la province, préférant axer son discours sur les réussites de son mandat. 


- Par Ericka Muzzo

L'Île-du-Prince-Édouard en images