FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 12 février 2014

Tous les élèves et le personnel de l’école Saint-Augustin sont engagés dans les Jeux olympiques de leur école.  
Le vendredi 7 février, alors même que les Jeux Olympiques s’ouvraient à Sotchi en Russie, les élèves de deux écoles françaises célébraient eux aussi les valeurs olympiques.  Dès 13 h 15, les élèves de l’école Saint-Augustin ont tenu leur ouverture officielle.  

Après l’entrée des délégations de l’Allemagne, du Canada, des Etats-Unis, de la France, de la Suède et de la Russie, la jeune Mya Edwards a allumé la flamme puis, les compétitions ont commencé par le ski de fonds.

Pour faire avancer ces skis, des 2X4 munis de cinq paires de cordes servant de bâtons, les cinq coéquipiers devaient coordonner leurs mouvements de façon très précise.  Lorsque le meneur disait «gauche», tous les athlètes devaient avancer le pied gauche.  Et si un skieur perdait l’équilibre, c’était difficile à rattraper.    

Le prof d’éducation physique, Jean-Paul Gallant, a profité de l’ouverture officielle pour livrer quelques bribes d’information.  Par exemple, le record de froid à Sotchi serait d’environ moins 13 degrés celcius et aurait été atteint vers la fin des années 1890.

On a aussi appris que le serment des athlètes datait de 1896, lors de la tenue des premiers jeux dits modernes.  Le serment des officiels (arbitres) est prononcé depuis 1972 et ce n’est que depuis 2012 qu’il y a un serment spécifique pour les entraineurs.  

À l’école François-Buote, les cérémonies d’ouverture ont duré 15 minutes, mais elles étaient très intenses.  Après l’entrée des quelque 160 athlètes (les élèves de la maternelle à la 6e année) provenant de huit pays, les serments d’usage ont été prononcés et la jeune Isabella Martin de 1re année a «allumé» la flamme officielle, un impressionnant flambeau de plastique collé sur le mur du gymnase.  

«Nous allons faire trois sports, le skeleton (la luge), le curling et le hockey.  Évidemment, nous allons adapter tout cela et ce sera dans le gymnase à l’intérieur des cours d’éducation physique», dit Joanne Cathcart, enseignante d’éducation physique au primaire.  

«Je trouvais que c’était une bonne idée de faire participer les jeunes à des Olympiques.  Ils en entendent parler, ça fait partie de leur vie.  Ils sont excités à l’idée de faire des jeux.  Il y en a qui lisent des livres sur les Olympiques, ça les intéresse.»

Joanne Cathcart, tout comme Jean-Paul Gallant à Rustico, travaillent avec les autres membres du personnel enseignant pour faire en sorte que tous les participants se sentent gagnants.  

C’est un autre bel exemple de la façon dont les enseignants enrichissent la vie des élèves, en cette semaine d’appréciation du personnel scolaire.


Le vendredi 7 février, les écoles Saint-Augustin et François-Buote ont ouvert leurs propres Olympiques.  À F.-B., huit pays vont concourir dans trois sports, une initiative de la prof d’éducation physique, Joanne Cathcart.  On la voit entourée de Félix Thériault, Delphine Corney, Caroline MacDonald, Marc Gallant et Olivia MacPhee.


La première épreuve des Jeux de Saint-Augustin était le ski de fond.

- Par Jacinthe Laforest - 

L'Île-du-Prince-Édouard en images