FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
La Voie de l'emploi - Sept/Oct 2015


Nicole Buote est la secrétaire à l’école Pierre-Chiasson depuis environ 10 ans.  «J’ai commencé quand on était encore dans les roulottes alors, ça fait longtemps», dit-elle, entre deux appels téléphoniques et une demande d’un membre du personnel enseignant.   

À l’école Pierre-Chiasson comme dans les autres écoles de la Commission de langue française de l’Î.-P.-É., le premier visage qu’on voit en arrivant est celui de la secrétaire.  Quand on appelle, c’est la voix qu’on entend en premier.  

«C’est pas mal de travail, mais j’aime ça.  Même quand j’étais une petite fille, je voulais être secrétaire.  Quand j’étais au secondaire, j’ai suivi le cours de dactylographie qui était offert, et après ça, j’ai décidé de m’inscrire au Collège Acadie Î.-P.-É., dans le programme d’adjointe administrative bilingue.»

Nicole Buote a suivi son cours en 2000 et 2001 au campus de Wellington.  Tout de suite après ses études, elle a commencé à travailler, en français, d’abord pour le comité S.-É. Perrey, puis à l’école Pierre-Chiasson, où elle est depuis.  

Au début de l’année scolaire, il y a beaucoup à faire.  Il faut entrer des informations sur chaque enfant : ses parents, son adresse, le numéro de téléphone, ainsi que des informations sur la santé comme des allergies.

«Nous avons un service de garde après l’école et souvent, dans la journée, des parents appellent pour demander que leur enfant reste le soir, et ne prenne pas l’autobus.  Je dois m’assurer que le message se fasse.  Et puis, les enseignants viennent demander des renseignements, faire des photocopies.  Parfois, ce sont des élèves qui ont besoin de quelque chose.  C’est très occupé», soutient Nicole Buote qui est mère de trois enfants, dont deux vont à l’école Pierre-Chiasson.  

À la fin de son secondaire, à Westisle, Nicole (Doucette à cette époque) aurait très bien pu poursuivre son éducation en anglais, mais elle a choisi le français, et elle est très contente de son choix.

L'Île-du-Prince-Édouard en images