FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 22 septembre 2015

Monique Doucette est la nouvelle directrice de l’école Pierre-Chiasson.


Monique Doucette arrive à la direction de l’école Pierre-Chiasson, après presque 20 ans au  service du système anglais dans la région Prince-Ouest.  Elle a enseigné 18 ans à l’école de Saint Louis, incluant huit ans à la direction.  L’an dernier, après avoir complété sa maîtrise en counselling scolaire, elle a été conseillère en orientation à l’école Westisle.  

«Lorsque j’ai vu le poste ici, j’ai tout de suite senti que quelqu’un me faisait un signe qu’il était temps pour moi de reprendre contact avec ma culture française.  Avant de commencer mon année ici, ça faisait presque 10 ans que je n’avais pas parlé français.  Ma mère était enseignante et je parlais toujours en français avec elle.  Après son décès, en 2005, je n’ai plus du tout parlé français, car mon père n’a plus voulu parler français».

L’histoire de Monique Doucette est semblable à celle de bien des gens dans la région Prince-Ouest.  «Mon mari, un Thibodeau, vient d’une famille complètement française.  Quand il a commencé l’école, jeune enfant, il ne parlait pas anglais et il a passé son année à pleurer.   Il a redoublé et depuis, il n’a jamais plus voulu parler français», raconte Monique Doucette.

Dans sa carrière en enseignement, Monique Doucette n’a jamais cessé de se former.  Après ses études initiales à l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard, elle a suivi des formations à Presque Isle Maine, ainsi qu’à l’université de West Alabama et à l’université de Waterloo en Indiana.  

«J’aime enseigner, mais j’aime aussi étudier et apprendre.  Et cette année à l’école Pierre-Chiasson, ce sera une année d’apprentissage pour moi.  Je vais travailler en français et écrire en français, aussi.  Et les programmes sont aussi différents.»

L’école Pierre-Chiasson compte cette année 69 élèves, de la maternelle à la 12e année.  «Je sais que c’est un défi de conserver nos élèves jusqu’à la 12e année.  C’est certain que les jeunes aiment l’aspect social des grandes écoles, mais ici à l’école Pierre-Chiasson, nous sommes capables d’offrir à nos élèves des options qui sont directement reliées à leurs intérêts.  Pour les sports, nous faisons des partenariats avec les autres écoles.  Pour les choix de cours, il y a l’éducation à distance.  Nous sommes petits, et très flexibles», ajoute la nouvelle directrice.  

Une nouveauté pour Monique Doucette sera de travailler dans un centre où le volet communautaire et préscolaire sont très intégré dans un partenariat.  «Les écoles anglaises ne fonctionnent pas du tout comme cela, alors c’est du nouveau pour moi, et j’aime beaucoup cela.  Je me rends compte que c’est une formule qui aide à promouvoir le développement de l’identité».

Première équipe de golf à Pierre-Chiasson

Pour une première fois dans son histoire, l’école Pierre-Chiasson participe à la compétition de golf scolaire.  Le premier tournoi a eu lieu au terrain de golf St.Felix la semaine dernière et un deuxième tournoi se tient au terrain de golf Red Sands cette semaine.

«C’est très excitant pour notre école de pouvoir participer au sport scolaire, nous sommes certains que dans les années à venir nous verrons plusieurs autres jeunes y participer», souligne la directrice adjointe Janelle Chaisson.  

Morgan Hustler et Jake Buote de la 7e année de l’école Pierre-Chiasson sont des membres de la première équipe de golf midget de l’école.  (Photo : Monique Arsenault)

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images