FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 3 décembre 2014

Des élèves de l’École-sur-Mer qui tiennent des images qu’ils ont dessinées, inspirées par des extraits du poème Évangéline. 


L’an dernier, l’ancienne agente de projets de la Société Saint-Thomas-d’Aquin, Fatiha Enniri, avait pris l’initiative d’inclure les enfants et les jeunes dans les activités commémoratives pour le Jour du souvenir acadien.  C’était différent et très bien reçu que quelques classes participent à l’événement annuel à Port-la-Joye le 13 décembre. 

Mme Enniri avait passé du temps dans quelques écoles de la CSLF afin que les élèves eux-mêmes affirment et expriment l’importance de l’acadienneté. 

Sur les succès de cette initiative, l’équipe de la SSTA, menée cette fois par la nouvelle agente de projets Natalie Pendergast, poursuit la discussion du Jour du souvenir acadien dans les écoles françaises.  

«Nous avons passé du temps dans les six écoles de la CSLF, mais cette fois-ci, avec une différente activité», explique Mme Pendergast.  «En utilisant des extraits du poème «Évangéline» de Longfellow, nous développons, comme produit final, une bande dessinée.»

La SSTA a donc tiré plusieurs extraits touchants du livre «Évangéline» et chaque élève a ensuite été invité à faire un dessin représentatif de l’extrait qu’il a reçu. Les extraits sont cohérents, compréhensibles et l’idée est de créer un petit livret de bande dessinée qui pourra ensuite être lu et apprécié par les élèves eux-mêmes.  

«Pour le Jour du souvenir acadien, nous allons installer une énorme pancarte et afficher tous les dessins et extraits des élèves», continue Natalie.  «Après cette cérémonie, nous prendrons ces dessins et les mettrons tous ensemble dans une bande dessinée collective.»

Les jeunes ont aussi fait une capsule de temps, écrivant un message dans une bouteille à eux-mêmes dans cinq ans.  Quelques films ont également été enregistrés par l’équipe de la SSTA, demandant aux élèves l’importance de la francophonie ou de l’Acadie pour eux.  Les activités ciblaient des élèves de la 3e à la 7e année. 

Souhait de plus de jeunes au Jour du souvenir acadien

Natalie Pendergast est déçue qu’il n’y ait pas plus d’élèves qui pourront participer à la cérémonie commémorative du Jour du souvenir qui va avoir lieu le 12 décembre cette année.  Faute d’espace, seulement une quarantaine pourra participer.   

«J’aimerais que toutes les écoles se rendent à cet événement important», dit-elle.  «Je trouve que c’est une activité essentielle d’apprentissage pour la population francophone et acadienne de l’Île-du-Prince-Édouard et qu’il devrait y avoir autant de jeunes que possible.  J’espère que c’est quelque chose qui pourra être considéré dans le futur.»

Le Jour du souvenir acadien est commémoré à Port-la-Joye annuellement depuis 2008.  Cette année, la cérémonie aura lieu le vendredi 12 décembre à 12 h afin de permettre une plus grande participation de dignitaires et d’écoliers.  Il est de mise de porter un brassard noir en guise de respect. 


Quelques-uns des élèves ont parlé par vidéo de l’importance de la francophonie et leurs souhaits pour les prochains cinq ans. 

- Par Nick Arsenault

L'Île-du-Prince-Édouard en images