FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 27 août 2014
Dans une semaine, ce sera la rentrée des classes 2014-2015.  À la Commission scolaire de langue française, le sprint final est engagé pour que tout soit fin prêt lorsque les élèves débar-queront des autobus scolaires le matin du 4 septembre.   «Vous savez, pour nous, la période estivale est une période de rattrapage et de planification pour être prêts en septembre», a indiqué Anne Bernard-Bourgeois, directrice générale de la Commission scolaire de langue française de l'Î.-P.-É.  

Chaque année, la CSLF a besoin de remplacer du personnel.  Cette année, 14 postes temporaires à contrats étaient à combler ainsi que cinq postes permanents et pratiquement tous les postes sont déjà comblés.  

À la fin de l’année scolaire 2013-1014, la directrice de l’école François-Buote depuis plusieurs années, Josée Ferron, a indiqué qu’elle ne serait pas de retour.  Son successeur est Sylvain Gagné, qui fait un retour à François-Buote, après avoir dirigé l’école Saint-Augustin pendant la dernière année.  La directrice de cette école à Rustico, qui était aux études, sera de retour en septembre.  Rachel Gauthier sera donc celle qui accueillera la toute nouvelle classe de 9e année à Rustico.  

Un déversement d’huile à chauffage survenu l’hiver dernier sous le Centre acadien Grand-Rustico (qui héberge l’école Saint-Augustin) avait occasionné la tenue de travaux d’envergure.  «Selon ce qu’on nous assure, les dernières tuiles seront replacées à la fin de la journée du 27 août.  Tout a été arrangé et réglé», confirme la directrice de la CSLF.  

Une autre très bonne nouvelle concernant la CSLF est l’augmentation des inscriptions.  En tout, dans les six écoles combinées, on estime qu’il y aura 20 élèves de plus que l’an dernier, ce qui est un excellent signe.  

Durant l’été, les enseignants sont en congé, mais les concierges sont très actifs.  «Vraiment, dans toutes nos écoles, ils font un travail extraordinaire.  Et cette année, nous avons introduit l’utilisation de produits beaucoup moins toxiques.  Nous avons fait des recherches et nous sommes convaincus que ce sera avantageux autant pour le personnel que pour les élèves», dit Mme Bernard-Bourgeois.  

Cette dernière étant une éducatrice passionnée, elle se réjouit de voir que plusieurs enseignants de la CSLF font des demandes pour faire leur maîtrise en éducation.  «Nos enseignants sont des gens qui aiment apprendre et qui veulent toujours améliorer leur façon d’enseigner afin de toujours mieux répondre aux besoins changeants des élèves.  Pour nous, c’est très bon», a indiqué Mme Bernard-Bourgeois.  

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images