FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 26 mars 2014

De gauche à droite, tenant les trois toiles feutrées encore en développement, on voit John Lewis, Carson Bernard, Grant Allen, l’artiste Daniele White, Lily MacPhee, Tomarra MacDonald, Samuel Hébert, l’enseignante Betty Jo McCarville, Daniel Chapman, William Lyons, Edward Parnell et Ben Sweeney, tous en 4e année.  

Les élèves de la 4e à la 8e année de l’école La-Belle-Cloche participent depuis quelques semaines à un projet GénieArts qui les amène à explorer leur identité personnelle et collective.  Le titre du projet: «Mon fil identitaire, notre toile historique», évoque les valeurs individuelles qui enrichissent la toile de la société et qui contribuent à créer des communautés distinctives.  

L’artiste engagée dans ce projet est Danielle White, qui a travaillé plusieurs années pour les cabinets d’architecte en tant que designer d’intérieur, mais qui a décidé d’ouvrir sa propre entreprise dans les arts.  

«C’est l’enseignante Geneviève Ouellette qui m’a contactée.  Elle voulait réaliser un projet de nature permanente, qui aurait un impact visuel et social pour les élèves, en plus d’être éducatif.  Elle voulait intégrer des éléments historiques dans des matières différentes.  Dans le passé, j‘avais travaillé à Belfast Mini Mills et j’avais constaté que les enfants aimaient faire du feutre.  J’ai donc proposé cette matière et le projet s’est développé», explique l’artiste francophone.  

Travailler le feutre, ou avec le feutre, ne requiert pas une grande connaissance technique, et ce qui peut être considéré comme des «erreurs» peuvent facilement se corriger.  

Le projet consiste en trois grandes toiles «peintes» par feutrage.  «Nous avons choisi, tous ensemble, de représenter trois époques : l’arrivée des explorateurs européens sur de grands voiliers, les habitants amérindiens et Acadiens, et l’époque d’aujourd’hui, avec les beautés de l’Île.  Les élèves ont fait des recherches sur chaque sujet et ils contribuent au projet selon leur niveau d’âge».

Le talent de tous les jeunes est mis à profit.  Il faut mélanger les couleurs, carder la laine, créer les textes, fabriquer les boîtes de présentation pour le projet fini, et amasser des objets pour ajouter une troisième dimension au produit fini.    

Danielle White habite à l’Île depuis plusieurs années.  Sa nouvelle entreprise se nomme «Tall Pines».  «Mon site Web n’est pas encore en ligne, mais quand il le sera, ce sera tall-pines.ca, et je suis sur Facebook.  Je me spécialise dans le travail du textile, la couture, la teinture de fibres, et j’enseigne aussi les arts textiles.  Je fais beaucoup de choses créatives», dit la nouvelle entrepreneure.


John Lewis apprend la technique ancienne du cardage de la laine, afin de mélanger les couleurs et de préparer les fibres pour peindre avec le feutre.

- Par Jacinthe Laforest -

L'Île-du-Prince-Édouard en images