FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 9 novembre 2015
«C’était un choc pour nous d’entendre ça ce matin», a indiqué Émile Gallant, le président de la Commission scolaire de langue française, quelques minutes après l’annonce de la dissolution de la English Language School Board par le gouvernement, le jeudi 5 novembre.  Rassurant, Émile Gallant assure avoir eu la garantie qu’aucun des changements qui vont chambouler le système d’éducation en anglais à l’Île ne sera appliqué à la Commission scolaire de langue française.  

«Rien ne change pour nous.  Notre droit de gérer nos propres écoles est garanti par la Charte des droits et libertés, et nous nous sommes rendus jusqu’aux plus hauts tribunaux du pays pour que nos droits soient respectés.  Mais c’est tout de même un choc pour nos collègues commissaires de langue anglaise que nous rencontrons régulièrement», a indiqué Émile Gallant.  

Ce que la province appelle «L’approche axée sur l’apprenant pour favoriser la prospérité de la province» a été annoncée le 5 novembre vers 11 heures.  

Le ministère de l’Éducation, du Développement préscolaire et de la Culture prendra la complète responsabilité du système d’éducation et du rendement scolaire.  Dans le but de mieux harmoniser les responsabilités en matière d’éducation publique, les fonctions de la Commission scolaire de langue anglaise seront intégrées au ministère de l’Éducation, du Développement préscolaire et de la Culture.  Autrement dit, l’English Language SchoolBoard sera dissoute.  

De nouveaux conseils consultatifs de district de familles d’écoles donneront aux élèves et aux parents plus de possibilités de réellement offrir des conseils en matière d’éducation de la maternelle à la 12e année directement au ministère de l’Éducation, du Développement préscolaire et de la Culture.  Ils seront formés d’élèves du secondaire, de représentants de conseils d’école/d’associations foyer-école, et d’un représentant régional de la Home and School Federation.

Tous les directeurs et directrices d’école de la province seront invités à participer à un nouveau conseil provincial des directions scolaires.  Ce groupe influera directement sur les décisions en matière de politiques et de programmes relatifs au système scolaire.  Les directions d’école fournissent un leadership en matière d’éducation et influent de façon considérable sur le rendement scolaire. Elles dirigent et supervisent le développement, l’évaluation et l’amélioration de l’éducation ainsi que l’enseignement offert aux élèves.

Cette annonce n’a été faite non pas par un ni même deux ministres, mais bien quatre ministres, incluant le premier ministre Wade MacLauchlan.  «Pour connaître la prospérité, nous devons établir le meilleur système possible pour les apprenants, de la petite enfance jusqu’au marché du travail.  Nous collaborerons avec tous les partenaires en apprentissage pour permettre au système d’atteindre l’excellence, développer le plein potentiel de chaque apprenant, et développer une culture de l’apprentissage dans la province», a indiqué le premier ministre, appuyé par le ministre de l’Éducation, du Développement préscolaire et de la Culture, Hal Perry; le ministre de la Main-d’œuvre et des Études supérieures, Richard Brown et le ministre des Services à la famille et à la personne, Doug Currie.  

La province soutient que les leaders du milieu de l’éducation et du secteur communautaire auront une influence directe sur l’apprentissage (et ce, au niveau de la petite enfance, du système scolaire, du système postsecondaire et plus encore) grâce à la création d’un conseil consultatif des partenaires en apprentissage provincial.  Ce groupe, qui sera d’abord coprésidé par le premier ministre MacLauchlan et un représentant communautaire, jouera un rôle actif dans la définition de l’apprentissage à l’Île-du-Prince-Édouard. 

Bill Whalen, professeur de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard et ancien coprésident de la Commission sur la gouvernance dans le domaine de l’éducation, sera le premier coprésident communautaire.

«Nous ne savons pas encore comment nous allons nous intégrer dans les conseils et les comités, mais nous allons certainement y participer si cela est pertinent pour notre commission scolaire, nos écoles et pour notre clientèle», a indiqué Émile Gallant.  

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images