FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 28 octobre 2015

L’Île-du-Prince-Édouard a obtenu la gestion de ses écoles en 1990.  Le président actuel, Emile Gallant, ainsi que Gabriel Arsenault et Hervé Poirier, deux acteurs de la première heure,ont partagé du gâteau et des souvenirs le jeudi 22 octobre lors d’une célébration.

La Commission scolaire de langue française, dans sa version provinciale, a été formée officiellement le 1er juillet 1990.  Durant l’année 2015-2016, la CSLF souligne donc 25 ans de gestion scolaire.

C’est dans le cadre de cette année de célébration et coïncidant avec le congrès des enseignants, qu’une réception a été organisée le 22 octobre à Charlottetown, au Carrefour de l’Isle-Saint-Jean.  

Le directeur général fondateur de la CSLF provinciale, Gabriel Arsenault, a fait un retour très intéressant sur les années de transition et de développement des nouvelles écoles.  

«Vous savez, si nous avons nos écoles, c’est grâce à la dé-termination et au courage des parents et aussi, des enseignants qui ont accepté d’enseigner dans des conditions qui n’étaient parfois pas les meilleures», a-t-il indiqué après son récit.  

Gabriel Arsenault a raconté comment, après le rapatriement de la constitution et l’enchâssement de la Charte des droits et libertés du Canada en 1982, les dossiers se sont mis à évoluer.  

L’article 23 de la Charte est devenu le crédo de l’éducation en français au Canada et le levier dont les parents, comme Florence Hardy, de Miscouche à l’époque, se sont servi pour faire respecter leurs droits en matière d’éducation en français.  

Après l’obtention de la gestion scolaire, une véritable croisade d’information et de sensibilisation s’est amorcée, mais comme le dit Gabriel Arsenault : «On n’était pas bien accueilli partout.  Les gens, en particulier dans la région Prince-Ouest, avaient peur de perdre leurs programmes d’immersion.  Il y avait beaucoup de résistance», a-t-il rappelé, en ajoutant quelques anecdotes.  

Par chance, tout cela est du passé et le développement se poursuite.  Les parents de Kings-Est vont entrer dans une école pour ainsi dire neuve en septembre 2017.  «Il reste encore des projets à développer sur certaines écoles, mais le prochain grand chantier, ce sera l’école Évangéline, qui a besoin d’être mise à niveau», a précisé le président de la CSLF, Émile Gallant.  

Par ailleurs, la Commission scolaire de langue française entreprendra sous peu un exercice de repositionnement stratégique qui inclura une prise de position ferme sur l’éducation jusqu’à la 12e année.  Cela pourrait avoir un impact sur certaines écoles.  


Gabriel Arsenault a eu du plaisir à faire revivre ses souvenirs de la fondation de la Commission scolaire de langue française.  La directrice générale actuelle, Anne Bernard-Bourgeois, l’a écouté attentivement.

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images