FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 13 août 2014

L’une des maisons fabriquées en bouteilles à l’entreprise Les Maisons de bouteilles.  (Photo : Web)


L’industrie touristique joue un rôle primordial pour l’économie de la province de l’Île-du-Prince-Édouard.  En effet, après la pêche et l’agriculture, c’est l’industrie qui génère le plus de revenus dans la province.  Plusieurs entreprises comptent sur le tourisme pour éviter des enjeux financiers, mais c’est une industrie qui n’est pas toujours fiable et qui peut facilement fluctuer.  

Les prix associés avec le transport, tels que l’essence, les billets d’avions, de trains ou d’autobus ainsi que la température, les taxes et les publicités peuvent beaucoup influencer le tourisme.  Alors qu’ici à l’Île, la saison touristique ne dure que quelques mois de l’été, il est donc important de ne pas rater son coup.  Cet été, les entrepreneurs touristiques constatent certaines augmentations, alors qu’en général, l’industrie est en déclin. 

Dans la région Évangéline, suite à une enquête avec quelques attractions populaires, nous constatons que les chiffres ont diminué depuis la saison précédente.  Réjeanne Arsenault, propriétaire des Maisons de bouteilles, explique qu’il y a un affaiblissement quand aux visiteurs cette année et qu’une grande majorité des clients de cette saison viennent de l’Ontario, du Québec et des États-Unis.  «Avec toutes les activités gratuites à Charlottetown cet été, on voit moins de touristes dans la région», ajoute- t-elle.  En suivant la route 11 un peu plus loin, le Centre Expo-Festival et le Village musical acadien ont remarqué des traits semblables, même après leur grand investissement pour revitaliser l’infrastructure en ayant le but d’attirer un plus grand nombre de touristes.  «Nos attentes étaient plus hautes cet été, surtout avec le nouveau Village musical en place», explique Brian Gallant, le directeur du nouveau complexe.

À Borden, tout près du Pont de la Confédération, à Cavendish Figurines, la propriétaire, Jeannette Arsenault est très satisfaite des ventes du mois de juin, mais rendu à la fin du mois de juillet et au début de ce mois-ci, elle aussi remarque qu’il y a de moins en moins de touristes.  Cette entreprise dépend beaucoup des autobus de voyageurs qui arrivent régulièrement de Montréal, Toronto et de la Nouvelle-Angleterre, explique-t-elle.  «Cette année, il y a de moins en moins de gens qui débarquent des autobus… Il n’y a qu’environ 40-45 voyageurs dans chacun, ce qui est beaucoup moins que la norme.»  Mme Arsenault est également inquiète du nombre de visiteurs québécois.  «Je remarque que je ne parle pas souvent en français cet été, c’est qui est différent des autres saisons», conclut-elle. 

Alors qu’à Cavendish, Linda Lowther de Sundance Cottage est contente de ses chiffres, elle confirme toujours les mêmes statistiques : il y a un déclin.  «Jusqu’à maintenant, nous constatons une augmentation des visiteurs dans notre commerce, mais nous entendons des messages mitigés de nos collègues», explique-t-elle.  Elle remarque également que la plupart de sa clientèle vient des provinces limitrophes. 22  % des visiteurs viennent de la Nouvelle-Écosse, 21  % du Nouveau-Brunswick, 15  % des États-Unis, 14  % de l’Ontario, 13  % du Québec et le 15  % restant des autres provinces canadiennes, ainsi que de l’Australie et de l’Asie. 

Il y a une raison particulière que la plupart des entrepreneurs associent comme la cause de leur déclin; tout le monde se rend à Charlottetown.  Cette assomption correspond bien avec l’enquête, car le tourisme, en été, est en croissance dans la ville capitale. Prenons en exemple le Centre des arts de la Confédération, qui a dû ajouter plusieurs spectacles à ses programmations afin de contenter son achalandage. «La demande était très forte cette année, surtout pour “Anne, la maison aux pignons verts”», explique Monique Lafontaine, responsable de la programmation francophone au centre.  «Le spectacle de Lennie Gallant est également très populaire et stimule un taux de fréquentation élevé.»

Avec toutes les activités gratuites offertes par Î.-P.-É. 2014 pour célébrer le 150e anniversaire de la rencontre des Pères de la Confédération en 1864, la ville de Charlottetown est remplie de touristes venant d’un peu partout.  Puisque la programmation est tellement variée et que des millions de fonds gouvernementaux ont été virés afin de rendre ces activités accessibles pour tous,  il n’est pas évident pour les plus petites entreprises touristiques de concourir avec un tel évènement.  Par conséquence, cette fête d’anniversaire qui dure tout l’été affecte en grande partie, l’économie touristique des autres régions de la province.  Cependant, il reste encore quelques mois avant la fin de la saison et le bilan final avec les pleins résultats ne sera pas disponible avant l’automne. 

Donc place à l’optimisme et espérons une bonne continuation pour les petites entreprises touristiques de notre province.  


Cavendish Figurines à Borden. (Photo : Web) 

- Par Taylor Arsenault

L'Île-du-Prince-Édouard en images