FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 4 juin 2014

Mathieu Gallant a remporté la finale provinciale du concours des dragons en marge du Forum en immigration économique francophone au Canada.  Le prix lui a été présenté par Jeannette Arsenault.

Mathieu Gallant, jeune entrepreneur de la région Évangéline, a remporté, le 27 mai à Brudenell, la finale provinciale du concours de type «dragon», lancé en marge du Forum sur l’immigration économique francophone au Canada.  

Les trois finalistes, Mathieu Gallant, Miguel Arsenault et Georgina Bassett ont présenté leur projet devant des acteurs de l’immigration francophone de l’ensemble du Canada et les trois juges chargés d’identifier un projet gagnant ont choisi le projet de Mathieu, qui consiste à lancer une fromagerie artisanale à Mont-Carmel.  

«C’est quelque chose que je veux faire depuis longtemps.  C’est une façon de donner de la valeur ajoutée au lait et de valoriser la vie rurale», dit le jeune homme qui, en attendant que son projet démarre réellement, conserve son emploi en mécanique à Trout River Industry.  

«Le fait d’avoir gagné ce soir, ça ne me garantit pas le financement dont j’ai besoin, mais ça me fait avancer d’une étape.  C’est plus une victoire morale, une sorte d’encouragement pour mon projet», dit Mathieu Gallant à la fin du concours.  

La décision des trois juges n’a pas été unanime, mais à la fin, un vote a donné la majorité des voix à Mathieu.  «C’était très difficile de départager un gagnant parmi les trois projets», a indiqué Jeannette Arsenault, qui était l’une des trois dragons, et leur porte-parole.  

Jeannette et son collègue dragon, Henri Gallant, avaient assisté à la demie finale à Charlottetown et avaient ainsi pris connaissance des projets.  La troisième juge, Audrey Lafontaine de Futurpreneur (anciennement appelé Fondation canadienne des jeunes entrepreneurs) avait reçu les plans d’affaires au préalable, ce que les autres n’avaient pas reçu.  Cette inégalité dans la préparation des juges n’a pas facilité le processus d’évaluation.  

«À la fin, lorsque nous avons compris que les deux autres candidats pourraient tout de même avoir accès au financement de Futurpreneur, ça nous a grandement rassurés.  Sinon, ça nous aurait pris une semaine de délibération», a ajouté Jeannette Arsenault.  

Les appels de candidature pour les jeunes entrepreneurs ont été lancés il y a quelques mois par RDÉE Î.-P.-É. et ses partenaires dans l’organisation du Forum en immigration économique francophone.  Entre leur inscription et la conclusion du concours, les jeunes entrepreneurs ont eu de l’aide pour parfaire leur plan d’affaires, leurs études de marché et leurs projections financières.  

Mathieu Gallant affirme que le guide pour réaliser un plan d’affaires sur le site Web de l’ancienne FCJE, et appelée depuis peu Futurpreneur, lui a été fort utile.  «J’ai fait trois ou quatre versions de mon plan d’affaires au fil des années et chaque fois, il y avait des détails qui accrochaient.  Et là, ça a bien fonctionné».  

Le jeune entrepreneur, qui a grandi sur une ferme laitière, doit franchir quelques étapes cruciales avant de mettre en marché un cheddar frais du jour ou encore un brie.  «J’ai besoin du financement pour terminer la construction.  Je ne peux pas obtenir mon permis de fabrication avant d’avoir terminé la construction et que tout soit approuvé par les autorités provinciales.  Si tout va bien, je pourrais me lancer à la fin de l’année 2014».

Mathieu Gallant, âgé de 29 ans, n’a pas peur du travail et il a montré dans le passé qu’il finissait ce qu’il commençait, notamment avec La Petite Séduction.  «Ça ne me dérange pas de travailler fort, surtout si je travaille pour moi», dit-il.  


Mathieu Gallant propose de créer une fromagerie artisanale à Mont-Carmel.

- Par Jacinthe Laforest -

L'Île-du-Prince-Édouard en images