FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
La Voie de l'emploi - Oct/Nov 2016

Sébastien Richard.

En affaires comme dans la vie en général, les qualités de leadership sont utiles, pour ne pas dire, indispensables.  Le gourou du leadership, John Maxwell, soutient que l’aptitude au leadership d’une personne est le facteur déterminant dans la réussite et l’atteinte des objectifs que cette personne s’est fixés.  

Le jeune conférencier et auteur, Sébastien Richard, qui habite à l’Île depuis quatre ans avec sa famille, est convaincu que John Maxwell a raison.  Le 18 octobre dernier, il s’est donc adressé aux entrepreneurs francophones de l’Île pour les aider à développer leur «aptitude au leadership», en leur proposant cinq étapes simples, qui relèvent du bon sens.  

1. «Soyez intentionnels»

«Lorsqu’un athlète olympique parle de comment il a décroché l’or, on ne l’entend jamais dire que le matin même, il n’avait même pas l’intention de courir.  La même chose pour un PDG d’entreprise.  Il n’est pas arrivé là par pur hasard.  Tous les deux ont pris des décisions qui les ont rapprochés de leurs objectifs respectifs.  C’est ça être intentionnel», a expliqué Sébastien Richard.  

2. «Travaillez vos forces et autour de vos faiblesses»

Sébastien Richard, comme tout le monde, a des forces et comme tout le monde, il a aussi des faiblesses.  Bien des gens ont le réflexe d’améliorer leurs points faibles, au lieu de développer leurs forces.  «Je ne parle pas des défauts qu’on doit corrger, comme l’habitude d’arriver en retard partout.  Je parle de vraies forces et de vraies faiblesses.  Prenez Steve Jobs par exemple.  Il n’était pas gentil du tout et il n’a jamais perdu de temps à essayer de l’être.  Il s’est concentré sur ce qu’il faisait de mieux, et il a réussi.  Les gagnants se concentrent sur ce qu’ils sont capables de faire», a insisté Sébastien Richard.  

3. «Entourez-vous de gagnants»

Dans la vie pour réussir, il ne suffit pas de s’entourer de bonnes personnes.  Il faut savoir s’entourer des personnes qui sont bonnes pour nous.  

«Si vous êtes la personne la plus intelligente de votre classe, ou de votre groupe, changez de groupe.  Ça vous demandera de l’humilité, de passer du plus savant au moins savant, mais vous progresserez.  Les gens médiocres veulent qu’on soit médiocre.  Les gens ordinaires veulent qu’on soit ordinaire.  Les gens extraordinaires veulent qu’on soit extraordinaire.  Selon l’auteur Jim Rohn, nous tous sommes la moyenne des cinq personnes avec qui nous passons le plus de temps.  C’est donc important de choisir ces personnes avec soin», a lancé Sébastien Richard.  

4. «Soyez des étudiants à vie»

Sébastien Richard est devenu, au contact de son grand-père, un amoureux des livres, un lecteur assidu.  «Chaque soir, il prenait le même livre et chaque fois, il le lisait comme si c’était la première fois qu’il le lisait.  En faisant cela, il a fait de moi un lecteur et plus tard, un auteur».  

Il ne suffit cependant pas de lire ni d’apprendre.  «Si vous choisissez intentionnellement des livres sur le leadership, vous prenez la décision d’être en croissance.  C’est Mohamed Ali qui disait que si un homme est le même à 50 ans qu’il était à 25 ans, il a perdu 25 ans.  Nous devons constamment apprendre et progresser avec intention», a dit le jeune conférencier.  

5. «Soyez un leader-serviteur»

Ces deux mots, leaders et serviteurs, peuvent paraître étrangers l’un à l’autre, mais au contraire, leur association est des plus naturelles et surtout, des plus efficaces, lorsqu’elle est expliquée par Sébastien Richard.  

«Quand on valorise les gens, on augmente notre propre valeur.  Vous aurez tout ce qu’il vous faut dans la vie, et en affaires, si vous aidez assez de gens à obtenir ce dont ils ont besoin dans la vie et en affaires.  Si vous voulez être millionnaire, rendez service à un million de personnes».

Ces cinq étapes ne sont pas très difficiles en soi, mais elles exigent tout de même de se positionner, de s’engager intentionnellement dans une voie.  

Pourquoi se donner tout ce travail?

Parce que, selon Sébastien Richard, la personne qui fait ce travail sur elle-même sera la première à en bénéficier, dans sa vie personnelle comme dans son entreprise.

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images