FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 22 juillet 2016


Mathieu Gallant sait depuis de nombreuses années qu’il va ouvrir une fromagerie.  «J’ai ça en moi.  J’ai construit ma maison ici à Mont-Carmel, en 2012-2013, en fonction d’y aménager une fromagerie artisanale.  La fromagerie occupe tout le premier étage et fait environ 2 000 pieds carrés», a expliqué Mathieu Gallant la semaine dernière.  

Dans la région Évangéline, et ailleurs à l’Île, on attendait avec impatience que Mathieu Gallant ouvre sa fromagerie et mette son produit sur le marché.  En 2014, il avait remporté le premier prix à la première édition du concours des Dragons tenu dans le cadre d’un forum économique francophone.  

«J’ai gagné un prêt.  Cela m’a aidé.  Et j’ai eu d’autres subventions qui m’ont aidé à avancer.  Je sais que les gens trouvent que ça me prend du temps, mais j’ai choisi d’aller lentement pour ne pas m’endetter massivement dès le départ.  Je vais au rythme de mon compte en banque», dit le jeune homme.  

Actuellement, sa fromagerie est prête à fonctionner.  «J’ai tout l’équipement qu’il me faut, tout est approuvé par les autorités sanitaires, et présentement je fais environ 35 kilos de fromage par semaine.  J’en ai à la coopérative de Wellington, aux marchés des fermiers de Summerside et de Charlottetown et je fournis aussi une petite dizaine de restaurants, qui utilise mon fromage pour leurs poutines.  Je ne vais pas tous les nommer, mais à Summerside j’ai Open Eats et j’ai aussi le Deck House.  J’ai aussi des ententes avec des restaurants à Charlottetown», dit le fromager.  

Le produit inaugural de sa fromagerie est un cheddar en grain commercialisé sous le nom de SQUEAK-ies.  Il s’appelle ainsi parce que lorsqu’il est frais du jour, il «squeak» sous la dent.  C’est une particularité de ce fromage qui est reconnu en particulier au Québec.  

«Mon fromage ne goûte pas la même chose que celui qu’on fait au Québec.  C’est normal.  Il est fait ici à l’Île.  J’ai mis au point ma recette de cheddar et je sais que ma recette est bonne.  Je n’en changerais pour rien au monde.  À l’avenir, lorsque ce produit sera établi et que j’aurai fait mes preuves, je pourrai développer d’autres recettes pour d’autres types de fromages, mais pour l’instant, c’est mon seul produit et j’en suis fier», a indiqué l’homme d’affaires.

Sa fromagerie comprend un espace «boutique» avec un comptoir, qui n’est pas ouvert à plein temps.  «Je ne crois pas que j’ouvrirai cet été.  Les gens qui veulent mon fromage m’appellent et pour l’instant, on s’arrange ainsi.  Mais l’an prochain, ça pourrait être différent.  Je sais que je ne suis pas situé sur une route très fréquentée, mais je pense qu’avec de bonnes affiches, et l’engouement des visiteurs pour des produits authentiques, j’aurai une bonne quantité de clients», espère-t-il.

Présentement, Mathieu Gallant travaille à temps plein à Trout River Industries, où il est gérant des ventes des Amériques.  «Je suis souvent en voyage pour le travail et pendant que je suis ailleurs, je ne peux pas avancer ici.  La fromagerie, pour l’instant, c’est les soirs et les fins de semaine.  Je pourrais faire, au gros maximum, 90 kilos de fromage par jour, mais présentement, je fais 35 kilos par semaine, un peu plus si j’ai une demande spéciale».

En lait, Mathieu s’approvisionne directement du camion qui fait la cueillette chez les fermiers des alentours.  «Tous les deux jours, environ, il passe pratiquement devant ma porte.  Lorsque je veux du lait, je l’appelle et il m’en livre.  Je ne sais pas si je devrai changer mon mode d’approvisionnement un jour, mais pour l’instant, c’est comme ça», informe Mathieu Gallant.  

Le fromage est, jusqu’à un certain point, une matière vivante, qui change de goût et de texture selon le traitement qu’on lui fait subir.  «Mon fromage est pasteurisé et il n’est pas destiné au vieillissement.  Je prends toutes les précautions possibles pour éviter toutes sortes de contamination.  Je ne prends jamais de raccourci quand il s’agit du nettoyage de mes cuves et de mes outils, et j’espère que je n’aurai jamais à rappeler des produits.  Je me conforme à tous les prérequis des autorités sanitaires et je respecte tous les règlements», confie Mathieu Gallant.  

La Fromagerie artisanale de l’Isle est située sur le chemin Magloire-Gallant à Mont-Carmel.  Le fromage cheddar SQUEAK-ies est le premier produit de la gamme «Mat’s Cheese Snacks».  


Le ministre du Développement économique et du Tourisme, Heath MacDonald, a rendu visite récemment à Mathieu Gallant, dans sa toute nouvelle fromagerie artisanale.  Mathieu a reçu une subvention du Fonds Ignition du gouvernement provincial en 2014.


Les fromages de Mathieu Gallant sont maintenant en vente.

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images