FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
La Voie de l'emploi - nov/dec 2015
Jeff McCourt a conservé la recette de la Cheese Lady tout en diversifiant ses produits.  Il offre du fromage de chèvre, de la pizza et 18 saveurs de Gouda.  Son entreprise, maintenant située à New Glasgow, emploie sept personnes.   

Pendant plusieurs années, Jeff McCourt a été un client fidèle de la Cheese Lady’s Gouda et pendant plusieurs années, il a tenté de convaincre la propriétaire de lui vendre son entreprise.    

«Elle savait qu’elle devait vendre, mais elle n’était pas prête.  Puis, il y a deux ans, j’ai reçu une offre d’emploi permanent comme instructeur à l’Institut culinaire du Canada.  J’ai décidé d’appeler la dame une dernière fois, avant de prendre cet emploi permanent, et à mon grand plaisir, elle a accepté de me vendre son entreprise», a indiqué Jeff McCourt, chef de formation, et depuis deux ans, propriétaire d’une fromagerie diversifiée et florissante, à New Glasgow.

«J’ai échangé une carrière pour un mode de vie», dit celui qui ne regrette aucunement de s’être lancé dans cette aventure.   

Comme il habitait à New Glasgow, Jeff McCourt a décidé d’y déménager l’entreprise.  Il a conservé la marque de commerce, les saveurs de base et la recette originale du gouda de la Cheese Lady, puis il a ajouté ses propres recettes.  «Nous offrons maintenant environ 18 différentes saveurs de fromage gouda au lait de vache.  Et nous avons diversifié.  Je fabrique du fromage de chèvre non affiné et j’ai aussi construit un four à pizza chauffé au bois, pour fabriquer nos propres pizzas, en mettant en valeur notre propre fromage», a indiqué le chef et homme d’affaires.  

Lorsqu’il a décidé de se lancer en affaire, Jeff McCourt s’est inscrit au programme Travail indépendant de Compétence Î.-P.-É.  C’est un programme qui paie un salaire à la personne pendant qu’elle fait les démarches pour établir son entreprise.  «Je ne dirai jamais assez de bien de ce programme.  J’ai pu me consacrer à rédiger mon plan d’affaires et à régler bien des détails sur papier.  Si une entreprise ne marche pas sur papier, elle ne marchera probablement pas en vrai.  Le fait de préparer un plan qui marche n’est pas une garantie, mais cela aide à savoir où on s’en va», a confié l’homme d’affaires.

Avec son plan d’affaires, il a réussi à débloquer du financement chez l’APECA, et Financement agricole Canada, notamment.  «Pour se lancer dans une aventure pareille, il faut être créatif.  J’ai donc lancé une initiative de financement public appelée «Cheese Future».  Pour la somme de 1 000 $, je me suis engagé à fournir pour une valeur de 1 500 $ de fromage sur cinq ans, soit environ 12 kilogrammes par année.  Cette initiative a été très bien reçue.  J’ai trouvé 100 personnes et j’ai ainsi réuni 100 000 $ pour ma mise de fonds», a confirmé l’homme d’affaires.  Les personnes qui reçoivent mon fromage sont d’excellents ambassadeurs de mon produit.»   

C’est toujours risqué de se lancer en affaire, mais Jeff McCourt avait des œufs prêts à éclore dans son panier.  Il avait la réputation d’excellent produit déjà acquise par la «Dame au fromage» et sa clientèle fidèle.  Il avait aussi ses connaissances en cuisine et en préparation de fromage.  Et avec sa formule de financement, il a pu répartir le risque et en réduire l’impact à un endroit précis.  

Glasgow Glen Farms, situé à New Glasgow, emploie maintenant sept personnes.  Il s’agit d’une entreprise familiale.


De chef instructeur à l’Institut culinaire du Canada de Holland College, Jeff McCourt est passé au grade d’entrepreneur, en achetant la fromagerie de la «Cheese Lady», il y a deux ans.  Il avoue qu’il a laissé une carrière pour adopter un mode de vie.



- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images