FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
La Voie de l'emploi - nov/dec 2015


Louis Arsenault est aujourd’hui âgé de 55 ans.  Il a quitté l’école après sa 9e année et pendant les 31 années suivantes, il a travaillé dans les bois comme bûcheron, planteur d’arbres et gérant de projets en foresterie.  En 2007, son employeur depuis presque 10 ans, Arsenault Saw Mill, a réduit ses opérations et son personnel.  

«J’ai perdu mon emploi, et j’avais besoin de trouver quelque chose pour faire rentrer de l’argent dans la maison.  Je ne voulais pas aller travailler pour 10 $ de l’heure parce que ça prend plus que ça pour faire vivre une famille et après avoir travaillé 30 ans dans les bois, mon dos et mes chevilles étaient moins solides.  Je ne savais pas quoi faire.  Un soir, ma femme m’a demandé pourquoi je ne retournerais pas à l’école.»

Cette suggestion a fait son chemin rapidement.  Il a consulté un conseiller en développement de carrière pour l’aider à orienter ses recherches et un beau jour de mai 2007, il a visité les trois campus de Charlottetown qui offraient un programme de technique de comptabilité.  Après The Academy of Learning et CompuCollege, il a choisi Holland College.  

«Avant d’entrer à Holland College, je devais faire mon GED, parce que j’avais quitté l’école en 9e année.  Je l’ai fait par moi-même, et à l’examen, j’ai eu 200 points de plus que la note de passage.  J’ai commencé mon cours en septembre 2007 et j’ai gradué en mai 2009 avec un beau diplôme de technicien comptable».

Avec son diplôme et ses nouvelles connaissances, Louis Arsenault avait prévu de travailler à temps plein dans une entreprise et c’est ce qu’il a fait pendant deux ans, puis l’entreprise touristique pour laquelle il travaillait a fermé ses portes.  Encore une fois, Louis devait trouver du travail et c’est sur un bateau de pêche au pétoncle puis au homard, qu’il a travaillé durant tout l’été 2011.  

«Cet automne-là, j’avais envoyé mon CV à plusieurs endroits et je venais de décrocher un bon emploi en comptabilité à Charlottetown quand j’ai appris que j’avais un cancer.  Cela a changé mes projets, mais un an plus tard, le médecin m’a finalement annoncé que je pouvais retourner au travail.  J’ai envoyé mon CV et j’avais des demandes pour des entrevues, mais quand les employeurs apprenaient que je venais d’être malade, ça leur faisait peur, je pense.  Alors, j’ai décidé de partir à mon compte», explique Louis Arsenault qui, depuis novembre 2013, est propriétaire de Matt’s Tax Bookeeping & Accounting.

Pour démarrer son entreprise, il a bénéficié du programme de travail indépendant de Compétence Î.-P.-É.  «Ça m’a beaucoup aidé.  Pendant un an, j’avais un salaire pendant que je montais mon entreprise et ma clientèle.  Pour me faire connaître, j’ai mis des annonces et j’ai aussi envoyé des lettres pour me présenter à toutes les petites entreprises de Summerside jusqu’à Portage».

Sa stratégie a bien fonctionné.  Aujourd’hui, il a assez de clients pour lui assurer un revenu adéquat tout en conservant une bonne qualité de vie.  «C’est certain que durant la période des impôts, je travaille les soirs et les fins de semaine, mais je pense que c’est un compromis acceptable pour deux mois dans l’année».

Louis Arsenault travaille presque exclusivement avec des petites entreprises.  «Mon travail, c’est justement d’aider les petits entrepreneurs à garder leurs business.  C’est bon pour eux, c’est bon pour moi, et c’est bon pour la communauté.  C’est aussi pour ça que j’ai décidé de donner un cours de base en comptabilité.  Je pense que si une personne comprend ses chiffres, elle prendra de meilleures décisions pour son entreprise».

À l’avenir, Louis Arsenault a l’intention d’ajouter des services aux entrepreneurs, notamment, la gestion du système de paie.  «J’ai fait mon petit sondage et j’ai plusieurs clients qui aimeraient confier, à contrat, la paie des employés, les déductions, et tout le tralala.  Ça s’en vient».

L'Île-du-Prince-Édouard en images