FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 9 septembre 2015

 Lors du numéro de clôture du spectacle en hommage à Eddy Arsenault, près de 40 violoneux et musiciens ont unis leurs notes pour partager leur amour de la musique avec la foule.


Jamais meilleur hommage n’aura été rendu à une personne.  Le spectacle hommage à Eddy Arsenault a été une joie à voir et à entendre du début à la fin, et quelle fin.  «Je souhaitais avoir environ 30 violoneux et musiciens pour la finale et j’en ai eu 38.   Ce que nous voulions illustrer en intégrant des «non-violoneux» à ce numéro c’est qu’Eddy Arsenault nous a, plus que tout, légué l’amour de la musique», a indiqué la créatrice de ce spectacle, Sylvie Toupin.  

Le président de l’Exposition agricole et le Festival acadien, Alcide Bernard, était très heureux du déroulement du spectacle.  «Quand j’ai approché Sylvie Toupin pour faire ce spectacle, j’espérais qu’elle accepterait, car je savais qu’elle était capable.  Elle a consulté les membres de la famille à Eddy et quand elle a accepté, c’était en sachant qu’elle travaillerait avec la famille», dit Alcide Bernard.  

Sylvie Toupin a confirmé que tout au long des quelque deux mois que la préparation du spectacle a demandés, elle a rencontré des membres de la famille, consulté leurs archives photographiques et découvert quelques bijoux.  «Nous avons déniché, grâce à père Éloi Arsenault, un enregistrement de Radio-Canada pour Le Jour du Seigneur, où Eddy chantait un psaume.  Il n’avait pas son pareil pour chanter les psaumes.  Il était un chantre exceptionnel», a indiqué Sylvie Toupin.  

Pour rendre hommage à ce talent d’Eddy Arsenault, la directrice artistique a invité le chantre acadien Donat Lacroix, de Caraquet au Nouveau-Brunswick, à venir chanter un psaume et chanter quelques autres chansons, pour témoigner de son admiration pour Eddy Arsenault, qu’il connaissait depuis longtemps.  

Durant tout le spectacle, chaque numéro était pensé pour témoigner de la vie d’Eddy, comme violoneux et musicien, évidemment, mais aussi comme père de famille, pêcheur et charpentier.  Dans un des numéros d’ailleurs, plusieurs musiciens, incluant des membres des familles d’Eddy et d’Amand Arsenault et quelques amis, ont interprété un numéro où les instruments étaient des scies, des marteaux et la fameuse égoïne dont Albert Arsenault joue à merveille.  

Pendant longtemps, durant sa carrière de violoneux, Eddy Arsenault a été un des violoneux attitrés des nombreux concours de gigues et un des animateurs de ces concours n’était nul autre que Roger Arsenault.  Pour illustrer cet aspect du métier de violoneux, Roger Arsenault a animé un concours de gigue pour les femmes et un pour les hommes.  Le musicien qui jouait pour les danseurs était Eddy Arsenault lui-même, grâce aux quelques enregistrements qu’il a laissés.  

Tout au long du spectacle, des photographies ont défilé sur un écran géant pour permettre à tous de recevoir les mêmes images en même temps.  Des murmures d’appréciation s’élevaient parfois de la foule.  Assis au premier rang, se trouvaient d’ailleurs plusieurs membres de la famille d’Eddy, incluant sa veuve, Rita Arsenault, qui a semblé goûter chaque moment du spectacle.      

C’est difficile de rendre justice en quelques mots à un tel spectacle ainsi qu’au talent qui a été mobilisé pour le créer.  

Le spectacle officiel a pris fin après que quelques gigueurs soient montés sur scène pour faire quelques pas, au son des 40 musiciens et musiciennes en action à ce moment-là.  

Puis, fidèle à lui-même, le complice de longue date d’Eddy, son frère et accompagnateur Amand Arsenault, est monté sur scène, spontanément, pour ajouter son grain de sel, et pour dire bonsoir à tout le monde au moyen de quelques chansons. 


Dans ce numéro des musiciens ont utilisé des outils de charpentier pour faire de la musique.


Donat Lacroix, chantre acadien, est venu de Caraquet pour rendre hommage à Eddy Arsenault.


Juste avant le spectacle, Rob Oakie, de Music PEI, a présenté à titre posthume un prix à Eddy que Rita, la veuve d’Eddy, a accepté.


Les premères rangées du public étaient réservées à des membres de la famille Arsenault.  

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images