FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 13 août 2014


Lors du Jamboree Atlantique des violoneux en fin de semaine dernière dans la région Évangéline, on entendait le son des violons en plus de celui d’autres instruments de musique.  Dans le cadre du Jamboree on remet annuellement le Violon d’or en reconnaissance à un artiste qui a une passion pour la musique en général et qui contribue à faire connaître les sons de la musique traditionnelle.

Corinne Cormier était l’heureuse récipiendaire de cet honneur dimanche après-midi au Centre Expo-Festival où les gens étaient venus pour profiter d’un concert de violoneux et de gigue.  Une artiste passionnée par une forme musicale qui fait vibrer une corde dans l’âme de ceux qui écoutent le texte dont la présentatrice Sylvie Toupin se réfère.  «Elle est connue par sa générosité, par son amour de sa communauté et par son talent de musicienne», souligne l’animatrice. 

La joueuse de flûte à bec s’est premièrement fait remarquer quand elle faisait partie du groupe PANOU dans les années ‘80.  Ce groupe a été très populaire au niveau de la communauté, la province et même à l’échelle nationale et aux États-Unis.  Corinne Cormier s’est trouvée sans paroles en acceptant le titre de Violon d’or 2014.  «Je n’avais aucune idée, je suis totalement surprise.  Je ne me serais jamais placée au niveau de la liste des récipiendaires de cet honneur.  Ça me fait chaud au cœur d’être reconnue par ma communauté», souligne-t-elle quelques minutes suivant la présentation.

Corinne a traversé plusieurs épreuves pendant sa vie, mais elle est toujours restée très positive, confiante et motivée même si elle est doit utiliser un fauteuil roulant depuis quelques années.

Le Violon d’or n’est pas remis nécessairement à une personne qui joue du violon, mais à une personne qui est passionnée de musique et qui apprécie l’importance de partager sa passion avec les autres.  «J’ai ce don dans le sang, c’est un confort pour moi d’être capable de partager mes pièces de flûte à bec avec les gens», ajoute Corinne.

Le Jamboree Atlantique des violoneux a débuté le vendredi 8 août avec la soirée du projet Roots, dont on vous parle en page 7.  Le samedi, plusieurs ateliers avaient lieu pour conclure la journée avec une danse familiale à la Salle de Mont-Carmel.  Le dimanche, le violon était à l’honneur autant que le brunch du midi au Centre Expo-Festival.  En après-midi plusieurs ont partagé leur passion du violon lors d’un concert.  On y reconnaissait, Karine Gallant, Peter et Kevin Chaisson, Mélissa Gallant, Ward et Allan MacDonald, Peter et Albert Arsenault, David Gaudet accompagné de Robert Gallant et plusieurs autres ainsi que des groupes de gigueurs de tout âge.

Les gens ont beaucoup apprécié la fin de semaine qui s’est terminée avec un concert à la Salle de Mont-Carmel.  La surprise de la soirée a été Wayne Thompson qui était connu à l’Île comme l’un des meilleurs gigueurs lors de sa jeunesse.  En vacance à l’Île, il a accepté de prendre une place lors de ce spectacle, et pour ceux qui étaient là, cela a été un privilège de revoir ce gigueur fabuleux sur scène.  

Les organisateurs du Jamboree sont contents du déroulement de la fin de semaine du Jamboree Atlantique des violoneux.  


Ashley MacIsaac.


Ward MacDonald


David Gaudet


Pascal Miousse


Corinne Cormier reçoit le titre du Violon d’or des mains de Caroline Arsenault (à gauche), la co-présidente du Jamboree Atlantique des violoneux et de Sylvie Toupin qui agissait comme animatrice et c’est elle qui a livré le témoignage de Corinne.


Mélissa Gallant et Mario Lebreton.


Peter Chaisson


Karine Gallant.


Le groupe «Les Steppettes», composé de Maddie Richards, Katherine Arsenault, Keera Gallant, en avant Isabelle Richards et Danika Richard.


- Par Marcia Enman

L'Île-du-Prince-Édouard en images