FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le mercredi 20 novembre 2013
Par Jacinthe Laforest
Du 15 octobre au 8 novembre, huit villes canadiennes ont reçu la visite de l’Île en tournée, une délégation comprenant des artistes et des représentants d’Î.-P.-É. 2014 qui ont saisi leur bâton de pèlerin pour attirer l’attention du public canadien sur les célébrations entourant le 150e anniversaire de la Conférence de Charlottetown, en 2014.  

«C’était extraordinaire.  Partout où nous sommes allés, l’accueil a été fantastique.  Il faut dire que ce n’était pas une tournée ouverte au public.  En prévision de chaque arrêt, nous avions identifié des médias, des blogueurs, des photographes, des tours opérateurs, des gens qui, par leur emploi ou leurs contacts, pouvaient véhiculer notre message.  Partout, l’intérêt a été grandiose», a indiqué Patricia Devine, agente de communication pour Î.-P.-É. 2014.

En tant que responsable des relations publiques, Patricia Devine, bilingue, a effectué une veille médiatique pour colliger tous les articles parus, toutes plateformes confondues, sur l’Île en tournée et, selon elles, les objectifs ont été largement atteints.  

«Partout, c’était bien, mais à Québec, c’était formidable.  Nous avions Robert Pendergast avec nous, qui a fait déguster des huîtres.  Il a été très populaire auprès de tous les médias et les participants.  Évidemment, c’est un passionné du terroir et c’est un ambassadeur de choix pour tout ce qui concerne la gastronomie à l’Île», a indiqué Patricia Devine.  

En plus de Mathieu Arsenault, qui jouait le rôle du père de la Confédération Georges-Étienne Cartier, la délégation incluait plusieurs artistes de la scène, dont la chanteuse Patricia Richard.  

«Ç’a été un honneur pour moi de participer à cette tournée nationale avec une équipe extraordinaire et professionnelle», a indiqué Patricia Richard.  

«Je ne sentais pas le besoin de jouer le rôle d’ambassadrice acadienne insulaire : je le vivais pleinement à travers des chansons d’ici. Quel honneur de chanter du Angèle Arsenault et du Arthur à Jos Bibienne à travers le pays et de stepper des pas de danse de par chez nous! Bravo à toute l’équipe d’Î.-P.-É. 2014, du Centre de la Confédération et aux artistes! Je pense que nous pouvons être fiers d’avoir partagé notre Île avec le Canada!», a ajouté la chanteuse.

Patricia Devine estime que la musique acadienne, durant la portion spectacle de la tournée, a été particulièrement appréciée».

En vue de célébrer 2014 avec toute la grandeur qu’il faut, 166 projets d’activités ont reçu (ou recevront) du financement.  Ces projets sont en développement.  Certains dureront quelques heures ou quelques jours, et d’autres dureront plusieurs mois.  

«Évidemment, tous ces projets vont générer des emplois et des retombées économiques et nous allons tenter de mesurer tout cela avec le plus d’exactitude possible.  Nous travaillons avec le centre de recherche en tourisme de l’université de l’Île-du-Prince-Édouard.»

En septembre 1864, des hommes politiques se sont rencontrés à l’Île dans ce qui est désormais connu comme la Conférence de Charlottetown.  En octobre de cette même année, ils ont poursuivi les pourparlers, cette fois dans la ville de Québec, où ils ont adopté 72 résolutions.  Ces résolutions sont devenues la colonne vertébrale des Actes de l’Amérique du Nord britannique.

La première loi dans ces Actes est entrée en vigueur le 1er juillet 1867 créant le Dominion du Canada par l’union de quatre colonies de l’Empire britannique : l’Ontario et le Québec, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse. 

Cette loi comprenant 147 articles établissait les dispositions de la constitution du Canada actuel.  Elle est toujours en vigueur aujourd’hui.

En 1870, les provinces du Manitoba et de la Colombie-Britannique se sont ralliées au Dominion et, en 1873, l’Île-du-Prince-Édouard s’est jointe à la famille canadienne.  Depuis 1982, l’Acte de l’Amérique du Nord britannique de 1867 est officiellement connu sous le nom de Loi constitutionnelle de 1867.  


Patricia Devine est déjà très attachée à John A. MacDonald, le 1er premier ministre du Canada, qui sera un symbole particulièrement présent en 2014.  

L'Île-du-Prince-Édouard en images