FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 21 août 2018


Le groupe de musique folk traditionnelle Vishtèn revient en force avec un nouvel album, Horizons.  Le groupe profite des festivals d’été pour présenter en exclusivité certaines de ses nouvelles chansons, dont le son est complètement renouvelé. 

Le trio de l’Île-du-Prince-Édouard et des Îles-de-la-Madeleine s’est produit le 12 août sur la scène du Cloggeroo, festival situé à Georgetown.  Il s’agissait de l’un des seuls spectacles du groupe à l’Î.-P.-É. en quelques mois pour le groupe qui cumule les tournées à l’international.  Il était possible de se procurer le nouvel album sur place, en exclusivité. 

«On est toujours content d’avoir des spectacles à l’Î.-P.-É. parce que l’on joue surtout à l’extérieur.  On est content de pouvoir se connecter avec les gens d’ici», explique Pastelle LeBlanc, de la région Évangéline.  Le groupe est composé de Pastelle LeBlanc et de sa sœur Emmanuelle, ainsi que de Pascal Miousse, des Îles-de-la-Madeleine.

Tout juste de retour d’une tournée en Écosse, en Angleterre et en France, le groupe peut affirmer avoir vu un public très différent ici et de l’autre côté de l’Atlantique. 

«À l’Île, les gens sont plus habitués à entendre cette musique-là.  Tout le monde connaît quelqu’un qui joue du violon.  En Europe, c’est complètement exotique pour eux, ils ne connaissent pas nécessairement la podorythmie, et aussi le fait qu’on chante en français», affirme la musicienne. 

Un nouvel album attendu 

Le nouvel album, Horizons, paraîtra le 14 septembre.  Ce sixième album aura un son plus contemporain, prévient la multi-instrumentiste Pastelle LeBlanc, tout en promettant que le public y retrouvera encore l’influence acadienne. 

«On retrouve toujours l’essence de Vishtèn, mais ça se démarque.  On a pris un congé en 2017 pour se ressourcer, se laisser le temps de créer le nouvel album.  On a puisé dans nos inspirations et on a décidé d’amener la guitare électrique», explique-t-elle.

La présence de la guitare électrique est une première pour Vishtèn, qui a aussi ajouté du piano électrique «wurlitzer», ce qui donne un son plus rétro, mais aussi plus actuel à leur mélange de musique traditionnelle. 

«On voulait un album où l’on se sentait complètement bien avec la musique, où l’on est rendu aujourd’hui en 2018», ajoute-t-elle. 

L’album a été enregistré dans le studio ayant appartenu à un membre de la Bottine Souriante, à Joliette au Québec, ce qui a donné une ambiance particulière à l’enregistrement de l’album. 

Pour cet opus, toutes les chansons ont été puisées à même le répertoire acadien.  Une seule comporte des paroles qui ont été composées.  Il s’agit de la chanson Bi Bi Box, pour laquelle le groupe a fait appel à Mario LeBlanc, de l’Île-du-Prince-Édouard. 

«C’est une mélodie que l’on aimait de la Nouvelle-Écosse, mais on ne comprenait pas les paroles.  On a décidé qu’on les écrirait et c’est Mario LeBlanc qui nous a aidés.  C’est un peu comme un hommage à l’Île et un message d’espoir», explique Pastelle LeBlanc. 

Dans la prochaine année, Vishtèn sera en tournée, et participera aussi au World Music Expo, un événement qui permet de présenter sa musique devant des acheteurs importants en Espagne.  Vishtèn participera aussi du festival Celtic Connections en Europe et se produira dans différentes salles du monde. 

- Par Catherine Paquette 

L'Île-du-Prince-Édouard en images