FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 12 septembre 2018
Le gouvernement provincial n’acceptera plus les candidatures d’immigrants qui souhaitent démarrer une entreprise à l’Île‑du‑Prince‑Édouard en échange du statut immédiat de résident permanent. En choisissant d’abolir le volet entrepreneurial du programme des candidats de la province (PCP), l’Île‑du‑Prince‑Édouard suit ce qui se fait ailleurs au pays.

« Depuis notre arrivée au pouvoir en 2015, nous nous sommes engagés à faire les choses différemment et nous avons tenu parole. Nous avons reconnu le besoin d’effectuer un examen plus approfondi de nos programmes d’immigration. Nous avons instauré une surveillance plus étroite des agents qui agissent au nom des nouveaux arrivants. Nous avons mis sur pied des initiatives visant à aider les collectivités rurales à attirer de nouveaux arrivants et nous avons exigé une meilleure reddition de compte, de dire le ministre du Développement économique et du Tourisme, Chris Palmer.

Même si ces changements se traduisent par de meilleurs résultats, des préoccupations demeurent, surtout en ce qui a trait au volet entrepreneurial. Nous partageons ces préoccupations. Nous estimons qu’il est dans l’intérêt de la province d’abolir le programme de dépôts fiduciaires des entrepreneurs. »

Afin de donner un préavis suffisant aux candidats et aux agents d’immigration, le gouvernement effectuera un dernier tirage, le 20 septembre, pour sélectionner au plus dix candidats. Aucune autre demande ne sera acceptée par après.

L’Île‑du‑Prince‑Édouard continuera d’accepter les demandes de travailleurs arrivant dans la province pour occuper les postes que les employeurs ne peuvent pas pourvoir localement. Le gouvernement acceptera aussi les demandes de particuliers qui souhaitent démarrer une entreprise, s’ils satisfont à un ensemble de contrôles rigoureux montrant que leur entreprise est florissante et opérationnelle pendant au moins un an. Comme ce qui se fait dans d’autres provinces au pays, ces particuliers seraient alors considérés à des fins de résidence permanente.

« Comme gouvernement, nous devons nous assurer que nos programmes appuient efficacement les Insulaires, de souligner le ministre Chris Palmer. Manifestement, les gouvernements précédents qui se sont succédé n’ont pas réussi à alléger ces préoccupations. La décision que nous avons prise permettra d’assurer que nos programmes fonctionnent dans l’intérêt des Insulaires. »

Fiche d’information

Dans le cadre du volet entrepreneurial du programme des candidats de la province, le gouvernement pouvait désigner, à des fins de résidence permanente, des particuliers disposés à acquérir une entreprise actuelle ou à en fonder une nouvelle.

Les candidats retenus :

  • recevaient du gouvernement fédéral le statut de résident permanent à leur arrivée
  • convenaient de remettre au gouvernement provincial un dépôt de 200 000 $ qui leur serait remboursé, en totalité ou en partie, si certaines conditions étaient remplies.
Des préoccupations ont été soulevées concernant un nombre de dépôts perdus après l’arrivée d’immigrants à l’Île‑du‑Prince‑Édouard qui ne fondaient pas une entreprise ou ne l’exploitaient pas, ou qui décidaient de déménager dans une autre province après avoir obtenu le statut de résident permanent.

L'Île-du-Prince-Édouard en images