FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 3 juin 2015

Claude Arsenault, au centre, est le récipiendaire 2015 du prix La Petite Nyctale de l’Association du Musée acadien de l’Î.-P.-É., représentée par Edgar Arsenault, président, et l’abbé Eddie Cormier, conseiller.


Claude Arsenault a été ému aux larmes, lorsque l’Association du Musée acadien de l’Île-du-Prince-Édouard a dévoilé qu’il était le récipiendaire du prix La Petite Nyctale pour l’année 2015.

Au nom du conseil d’administration de l’association, l’abbé Eddie Cormier a décrit le lauréat comme «un homme qui a une passion pour le patri-moine de l’Île en général, et pour celui de la communauté acadienne en particulier.  Il est un ami fidèle du Musée acadien de l’Î.-P.-É., manquant que rarement les diverses activités qui s’y déroulent».

Parmi les raisons de ce choix, il y a d’abord tout le travail bénévole que Claude a effectué dans le cadre des fouilles archéologiques au site Pointe-aux-Vieux.  Il a participé aux fouilles pendant quelques étés et il a aidé à cataloguer des milliers d’artéfacts provenant du site. 

«Vivant non loin du lieu, il garde un œil vigilant sur le site et explore le littoral de la baie de Malpèque afin de découvrir d’autres vestiges de la communauté acadienne pré-Déportation de Malpèque.  Chaque fois qu’il fait des découvertes, il en avertit l’archéologue provinciale Helen Kristmanson afin que ses trouvailles soient enregistrées», a rappelé l’abbé Cormier.

De plus, Claude Arsenault est devenu un passionné de la généalogie acadienne et il adore communiquer sa passion.  Il se fait un grand plaisir d’aider les Acadiens et Acadiennes à dresser leurs arbres généalogiques. 

Il a d’ailleurs investi bénévolement de nombreuses heures à constituer d’impressionnants arbres généalogiques pour plusieurs personnes dont certaines qui n’avaient pas ou peu de connaissances au sujet de leurs racines acadiennes.  Pour lui, la généalogie sert très bien à développer une fierté et un sens d’appartenance au peuple et à la culture acadienne. 

«Claude a aussi fait du bénévolat très apprécié au Musée acadien. Graphiste de formation, il nous a aidés à plusieurs reprises à faire le design des panneaux d’introduction de nos expositions.  Plus récemment, il nous a offert d’excellentes idées de design graphique qui ont grandement embelli le nouveau volet de l’exposition permanente.» 

Il a aussi utilisé ses talents de photographe pour prendre de superbes photos d’un bon nombre d’artefacts des chroniques qui ont été publiées dans La Voix acadienne en 2014.  De plus, Claude donne au Musée acadien un coup de main comme guide lors des visites d’élèves dans l’exposition Pointe-aux-Vieux. 

Il a également été présent comme animateur bénévole dans les salles de l’exposition Pointe-aux-Vieux deux fois par semaine durant tout l’été 2014, répondant à de nombreuses questions des visiteurs au sujet des découvertes archéologiques d’un village acadien de l’Île du 18e siècle.

En 2012, Musée et Patrimoine Île-du-Prince-Édouard a reconnu sa grande et unique contribution au patrimoine de l’Île en lui décernant le prix Bénévole de l’année.

Pendant la lecture de ces bel-les paroles à son endroit, Clau-de Arsenault, assis à l’arrière de la salle, versait des larmes de reconnaissance.  

Lorsqu’il a pris la parole, il a soutenu qu’il avait déjà été largement récompensé, car le fait de contribuer à une œuvre plus grande que soi est en soi, une récompense.  

«Mais ce qui est cher à mon cœur, c’est le sentiment d’appartenance que je ressens ici, grâce à l’accueil de Cécile, de Georges et d’Angèle, et que je n’avais jamais vraiment ressenti auparavant.  Vous m’avez adopté et vous m’avez redonné mon identité», a indiqué Claude Arsenault.  

Il considère comme un honneur de continuer à apprendre, à faire grandir et à célébrer la riche culture acadienne, qu’il partage maintenant avec tant de gens.  

«À partir de ce soir, je vais porter La Petite Nyctale dans mon cœur, et je vais même imaginer qu’elle se pose de temps à autre sur mon épaule», a-t-il dit.  

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images