FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 24 septembre 2014

Eddy Arsenault lors de son dernier passage au Festival acadien en 2012.


Pêcheur de homard, menuisier de métier, vétéran de guerre, Eddy Arsenault, l’un des violoneux acadiens les plus influents de l’Île-du-Prince-Édouard, est décédé le 18 septembre 2014.  Depuis les dernières années, il habitait le foyer Summerset à Summerside.  Né à St. Chrysostome en 1921, il aurait eu 93 ans le 9 octobre prochain.  

Eddy a commencé à jouer du violon à 16 ans.  Il a appris à l’oreille à force d’écouter les musiciens de son village qui se rencontraient dans les foyers du village.  Il a appris aussi des pièces qu’il entendait à la radio.  Au fil des années, il a développé un style personnel qui mélangeait toutes ses influences.  

Eddy s’est bâti sa propre réputation comme violoneux ici à l’Île comme ailleurs.  Il a énormément contribué à la relève et certains de ses fils sont aussi devenus des violoneux renommés.  

Eddy a marié Rita, il y a 68 ans, le 23 octobre 1946 lors d’un mariage triple, avec deux autres couples, dans la sacristie de l’église de Baie-Egmont.  Ils ont eu huit enfants qui leur ont donné 13 petits-enfants et 13 arrières-petits-enfants. 

On ne peut guère compter combien de fois Eddy est monté sur scène, pour des collectes de fonds partout à travers l’Île.  Eddy a toujours été très généreux pour de nombreuses causes et souvent on voyait son frère Amand l’accompagner à la guitare. 

Eddy a été invité à participer à des festivals un peu partout, incluant des émissions de télévision.  Entre autres, il est passé à l’émission «On the road again», «Up Home Tonight», sur des émissions de Radio-Canada ainsi que sur le canal communautaire.  Il a joué au Cap Breton, à Montréal et même à New York.  Il a même eu l’honneur de jouer pour la royauté, la Reine Elizabeth II ainsi que pour le premier ministre Jean Chrétien. 

Eddy Arsenault a enregistré deux albums, soit Eddy Arsenault – Egmont Baie, en 1981 et Piling on the bois sec en 1993. 

Ceux qui fréquentaient l’église Saint-Philippe et Saint-Jacques, se souviennent aussi de la voix d’Eddy au chœur de l’église.  En effet, il y a participé pendant environ 55 ans.  Il a même assumé la direction de ce chœur plusieurs années.

Au cours des années, Eddy a reçu plusieurs hommages incluant le titre d’Acadien de l’Année en 1983 dans le cadre du Festival acadien de la région Évangéline. On lui remettait un oeuvre d’art qui le représentait bien. En 1998, il a été reconnu par les organismes communautaires francophones de l’Île dans le cadre du Gala de la chanson de l’Î.-P.-É.  Il a aussi reçu le prix Stompin’Tom en 1999 de l’Association de la musique de la Côte Est et il a été le premier récipiendaire du Violon d’or du Jamboree atlantique des violoneux en 2003.

En 2008, quand La Fédération culturelle de l’Î.-P.-É. a lancé le tout premier répertoire des compositeurs contemporains de violons de l’Acadie de l’Île c’est certain qu’Eddy en faisait partie : si ce n’avait pas été de notre légendaire violoneux Eddy, est-ce que l’on aurait été capable de dénicher 33 compositeurs et 298 pièces de violon?  On est certain qu’il a eu une grande influence.  «La communauté acadienne et francophone a perdu une pièce de son identité acadienne», constate la présidente de la Fédération culturelle de l’Île-du-Prince-Édouard, Michelle Blanchard.  «Ses compositions feront partie à jamais du patrimoine acadien, alors que ses airs de violon feront danser plusieurs générations futures»  

«Moi, je me souviens qu’il jouait dans le salon de mes parents pour des soirées de fêtes.   J’étais sois assis parmi les musiciens où j’étais dans mon lit qu i brassait avec le rythme du violon.  Alors, quand j’ai décidé que je voulais apprendre le violon dans mon enfance et quand j’apprenais à jouer, Eddy était mon idole et a toujours été comme une référence pour moi quand je joue la musique de chez nous», indique Karine Gallant, violoneuse réputée de la région Évangéline.

«Quand j’avais 21 ans, je me souviens d’avoir joué dans un concours contre Eddy Arsenault dans la région Évangéline.  C’était vraiment toute une affaire de se présenter contre ce grand violoneux.  Il a été d’une grande influence, plus spécifiquement sur les joueurs du comté de Prince», indique un grand violoneux de Bear River (près de Souris), Peter Chaisson.  «J’ai souvent eu l’occasion d’avoir des jasettes avec Eddy et c’est une personne que j’ai beaucoup apprécié de connaître», ajoute Peter. 

Pour Anastasia DesRoches qui est aussi bien connue dans le monde des violoneux, «Eddy a été un mentor pour moi ainsi qu’un exemple de ce que la musique devrait être… il était humble et il jouait parce qu’il aimait faire plaisir aux gens», dit-elle.

Un homme qui a toujours été jeune de cœur et qui a toujours donné beaucoup de place à sa communauté et à sa religion, nous lui rendons ce petit hommage aujourd’hui pour refléter son engagement et sa contribution au développement de la musique contemporaine à l’Île. 

- Par Marcia Enman

L'Île-du-Prince-Édouard en images