FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 21 mai 2014

Un grand défenseur de la communauté acadienne et francophone de l’Î.-P.-É., et plus particulièrement de sa région de Rustico, est décédé le lundi 19 mai 2014.  Lorsque les gens pensent à Rustico, le nom d’Édouard Blanchard n’était jamais loin d’être nommé.  À l’âge de 95 ans il n’a jamais lâché et a toujours été très impliqué au niveau du développement de sa région spécialement à tout ce qui avait trait à la culture et la langue française.

Après une enfance au sein d’une famille acadienne convaincue vivant à Rustico, Édouard Blanchard a débuté une carrière comme répartiteur des impôts à Charlottetown.  Son travail l’a amené à vivre durant 20 ans à Sherbrooke au Québec.  Après ce temps, il est revenu s’installer avec sa famille, dans son village natal de Rustico. Et c’est là que son engagement communautaire à la cause acadienne a commencé.

Il a été choriste à l’église Saint-Augustin ainsi qu’organiste.  Il a été affilié de près,  entre autres, à de nombreux organismes : La Banque des Fermiers de Rustico, le Salon coopératif funéraire, l’écomusée, la Caisse populaire de Rustico, le comité régional Char-Rus-Sou, La Voix acadienne, l’Association du Musée acadien de l’Î.-P.-É., la Société Saint-Thomas-d’Aquin, le Conseil acadien de Rustico, le comité de planification au projet de la construction du Carrefour de l’Isle Saint-Jean, le Club des Lions de Rustico et probablement plusieurs autres.

Il laisse dans le deuil, son épouse Stella (née Doiron) et ses enfants Marcia Berthier (Brad), Lynn Gallant (Carl) et Robert (Michelle) ainsi que ses petits-enfants.  Il sera exposé au Salon de Central Queens au 2538, Chemin Glasgow jusqu’à 10 h 30 jeudi le 22 mai où le service des funérailles aura lieu à l’Église catholique de St. Augustin. 

Tel qu’indiquait dans un texte lu en son honneur quand il a été décoré avec l’ordre du Mérite acadien en 1992 : «Si, à Rustico aujourd’hui, nous nous réjouissons d’un réveil, c’est certainement dû en grande partie à la persistance et à l’insistance de notre ami Édouard».  

- Par Marcia Enman -

L'Île-du-Prince-Édouard en images