FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 15 septembre 2016

Lucca Gallant a mérité la 1re place de la compétition des montreurs de dindes, présentée dans le cadre de la Foire rurale 4-H le 10 septembre.  


Lucca Gallant, 10 ans, a mérité la première place chez les montreurs de dindes, lors du concours présenté dans le cadre de la Foire rurale 4-H, qui avait lieu à Alberton le samedi 10 septembre.  Il y avait 19 montreurs de dindes dans la compétition et Lucca était l’un des plus jeunes, sinon le plus jeune.  

Depuis la fin du mois de juin, alors que l’oiseau avait environ un mois, Lucca s’en est occupé.  «Je devais la laver, une fois par semaine, pour garder ses plumes propres et bien blanches», a indiqué Lucca.   Pour laver sa dinde, Lucca a régulièrement passé un linge trempé dans l’eau savonneuse sur le plumage.   

Lucca devait aussi apprivoiser son oiseau, et lui montrer comment marcher à ses côtés.  «On utilise une sorte de canne avec un crochet au bout, pour la diriger.  Il fallait que j’habitue ma dinde, et il fallait aussi que je me pratique», a indiqué le jeune montreur de dinde.  

Pour être un bon montreur de dinde, il ne suffit pas de faire marcher l’animal.  Le jeune doit aussi maintenir un bon contact visuel avec le juge, et par la suite, répondre aux questions de celui-ci, sur l’élevage de l’animal.  

Mentionnons que la dinde de Lucca, qu’il a nommée Perky, a elle aussi remporté un ruban, en se classant troisième pour sa beauté, sa propreté et son allure générale.  

Cet été, les Gallant ont élevé 12 dindes, incluant Perky.  Les parents de Lucca, Mélanie et Robbie Gallant, ont poussé l’expérience jusqu’à composer eux-mêmes le mélange de nourriture qu’ils donnent à leurs animaux, afin de couper les coûts.  Lucca a intégré cette expérience dans son projet d’élevage.  

«Je la nourris avec un mélange de plusieurs grains, mélangé avec de la nourriture spéciale pour les dindes.  Il y a du blé, de l’orge, du maïs, et d’autres sortes de grains.  On les a mis en sacs nous-mêmes et on les a fait moudre», raconte le jeune éleveur, qui a participé à toutes ces étapes.  

Sa dinde est une femelle.  Le matin du concours, elle pesait 12,5 livres.  D’ici octobre, et la fête de l’Action de grâce, elle sera bien plus grosse, mais elle ne deviendra jamais aussi grosse que les mâles qui peuvent atteindre 25 livres.  

À la fin de la Foire 4-H, on tient un encan pour vendre les dindons montrés lors du concours.  Les gens paient parfois plusieurs centaines de dollars pour un dindon.  L’an dernier, le dindon de Lucca s’était vendu environ 200 $.  Cette année, il a reçu 150 $.

Les éleveurs gardent les dindes jusqu’au moment choisi par l’acheteur et s’occupent de le faire préparer pour la consommation.  


Un autre aspect de la Foire rurale 4-H est la sélection des animaux qui se rendront à la grande exposition agricole de Toronto, la Royal, en novembre.  Du Club 4-H Évangéline, seuls Denis Arsenault et sa taure ont obtenu une place parmi les 10 concurrents choisis.

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images