FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 24 août 2016

La qualité du travail et le professionnalisme de Julien Bernard ont été reconnus par l’industrie laitière.  Il est récipiendaire du Prix en mémoire de Elmer K. Smith 2016 qui lui a été remis dans le cadre de l’exposition de la race Holstein durant Old Home Week à Charlottetown.  (Photo : Érica Cloutier)

Julien Bernard de la ferme Bernadale, dans la région Évangéline, a été reconnu dernièrement avec le Prix d’excellence qui est remis annuellement à une personne qui a contribué à l’Industrie Holstein et aux Expositions de l’Î.-P.-É.  Avec plus de cinquante ans d’expérience dans l’industrie fermière, Julien Bernard, lorsqu’il a reçu l’honneur, a été pris par surprise, comme s’il ne s’y attendait pas.

«J’aurais pensé que ce seraient des fermes de Charlottetown, ou des fermes plus grosses qui auraient gagné.  J’ai été surpris.   À la lecture du discours d’honneur, je ne me suis pas rendu compte que c’était de moi qu’on parlait» a dit M. Bernard, très humble.

Au quotidien, Julien Bernard se dévoue entièrement à sa ferme, surtout au niveau de l’achat et de la vente d’animaux.  Son fils, Gilles Bernard a pris la ferme en main ces dernières années.  «Julien consacre tout de même 8 à 10 heures, en moyenne, à la ferme tous les jours de la semaine», mentionne son épouse Corinne Bernard.  «La ferme, c’est toute sa vie.  

Désormais, il agit plutôt comme homme d’affaires, et malgré le fait qu’il soit plus âgé, il y consacre quand même ses journées entières», explique la femme du fermier.

Depuis son très jeune âge, Julien Bernard a participé aux expositions, une activité qu’il faisait avec son père.   Depuis, il en est passionné.  Annuellement, la ferme Bernadale participe aux expositions un peu partout dans l’Île, dans les Maritimes, ainsi qu’au Québec et en Ontario, à la Royal Winter Fair.  

«Julien a toujours valorisé les expositions.  Pour lui, les expositions sont une façon d’assurer une bonne qualité des vaches laitières au Canada.  Il se base sur la grandeur, la présentation, mais aussi sur la production de lait des vaches, pour déterminer si elles sont aux standards.  La qualité est toujours l’objectif de Julien», a assuré sa conjointe Corinne. 

Le fait de participer à des expositions, à l’Île-du-Prince-Édouard, prend également une bonne portion du temps de Julien Bernard, qui se charge de préparer les vaches en vue de celles-ci, une tâche qu’il apprécie beaucoup.

Lors de la présentation de Julien, on a indiqué qu’il est un modèle pour d’autres et aussi un partisan hors pair pour l’industrie.  On a expliqué aussi que Julien Bernard a été un fervent défenseur des expositions et du programme 4-H.  «Il a eu un rôle important dans le développement des vaches laitières pour la région ouest de l’Î.-P.-É.», indique le discours lu lors de la présentation.

Le prix porte le nom de feu Elmer K. Smith qui était le propriétaire de Smilane Holsteins, à Kinkora.  Il a été un directeur dévoué de «Old Home Week» et aussi une personne vouée à l’industrie laitière.  La vache que l’on voit sur le prix est une vache qui avait mérité le titre de Grande Championne à trois reprises consécutives (1991-1993).  Celle-ci était la préférée de M. Smith. 

En 1971, Julien Bernard achetait sa première Holstein pure race et pendant sept années, a été le gagnant nord-américain pour la race Holstein.  Depuis ce temps, la ferme a simplement continué de s’épanouir et a produit de nombreuses championnes au niveau atlantique et aussi produit des candidates au niveau national. 

En plus de la qualité de son troupeau, Julien Bernard a aussi contribué à développer l’industrie laitière dans sa région, et s’est aussi bâti une réputation solide en tant qu’homme d’affaires.  


Theo Oomen, récipiendaire du Prix d’excellence 2015, remet le prix de cette année à Julien Bernard (à droite) de la ferme Bernadale à Saint-Philippe.  (Photo : Gracieuseté)

- Par Érica Cloutier

L'Île-du-Prince-Édouard en images