FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 2 juin 2016

Janine Gallant (au micro) et Jeanne Gallant, respectivement présidente et vice-présidente du regroupement communautaire pour un centre scolaire et communautaire renouvelé dans la région Évangéline.


Lors d’une réunion publique à l’école Évangéline tenue le mercredi 25 mai, un regroupement d’organismes de la région Évangéline a présenté le projet d’un nouveau centre scolaire et communautaire plus inclusif et mieux adapté aux besoins.

Pour Anne Bernard-Bourgeois, une nouvelle infrastructure permettrait un rapprochement entre les sphères scolaire et communautaire.  «Dans le contexte où nous nous trouvons, c’est-à-dire en minorité, il est d’autant plus important de s’assurer de transmettre notre langue, la soigner et la pratiquer le plus possible.  C’est exactement ce que permettrait un établissement commun». 

À présent, les infrastructures restreignent les activités de la communauté, puisque, comme la présidente du regroupement Janine Gallant l’a précisé, l’établissement n’a pas été construit en fonction du scolaire et du communautaire.  «Le communautaire s’est ajouté ici et là, au fil du temps, ce qui fait qu’il nous manque des infrastructures, des locaux, des espaces pour combiner les deux volets».

Depuis sa formation en 2011, le regroupement a entrepris des démarches pour identifier d’abord et avant tout les besoins de la communauté, et les problèmes majeurs entraînés par les infrastructures actuelles.  Les rénovations prendraient en compte les besoins du centre de la petite enfance Pomme et Rinette, de l’école Évangéline et du Conseil scolaire-communautaire.  Une nouvelle association avec l’organisme Réseau santé en français Î.-P.-É. est également envisagée, ce qui ajouterait un volet mieux-être développé par les professionnels de la santé qui seront sur place.  «Imaginez les projets qui pourraient être faits avec l’aide de professionnels de la santé dans l’établissement, que la communauté peut consulter directement», a lancé Patricia Richard, directrice adjointe du RSFÎPÉ.  Pour le centre de la petite enfance, ce sont d’abord et avant tout la sécurité au niveau de l’entrée de l’édifice, la circulation des véhicules et le manque d’espace qui posent problème à l’heure actuelle. 

L’école Évangéline souhaite moderniser certains de ses espaces, comme rénover le terrain de jeu extérieur actuel, le gymnase et le secteur secondaire.  L’école veut régler des problèmes de circulation d’air et faire construire de nouvelles infrastructures, comme un nouvel amphithéâtre, le déplacement de la salle de musique et de la bibliothèque. 

Nick Arsenault, qui est le directeur du Conseil scolaire-communautaire Évangéline depuis quelques mois, est très optimiste et positif: «Comme vous le constatez, nous sommes déjà rendus loin dans nos démarches.  Nous sommes certains qu’un centre incluant les services souhaités unira davantage la communauté».

Les rénovations de niveau scolaire sont normalement financées par la province, a précisé Anne Bernard-Bourgeois, alors que celles du communautaire sont assurées par Patrimoine canadien.  

Dans les projets précédents, la province a d’abord donné son aval pour ensuite présenter un dossier à Patrimoine canadien pour obtenir le financement nécessaire à la portion communautaire.  

La date limite visée par le regroupement se situe en novembre prochain.  Cela veut dire qu’il ne reste que quelques mois pour aligner tous les éléments et pour que la province soit prête à déposer un projet officiel.  


Anne Bernard-Bourgeois, directrice générale de la Commission scolaire de langue française, appuie le projet.

- Par Érica Cloutier

L'Île-du-Prince-Édouard en images