FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 6 avril 2016

Dominique Arsenault et Monique Bernard, toutes deux du Club 4-H Évangéline, ont été honorées récemment par le mouvement 4-H de l’Île-du-Prince-Édouard.

Lors du récent banquet annuel des Clubs 4-H de l’Île-du-Prince-Édouard, deux membres du Club 4-H Évangéline ont reçu des prix de reconnaissance.  Monique Bernard-Kinch a reçu le prix «Woman in Agriculture Leader Recognition Award» et Dominique Arsenault a reçu le prix de «Top Livestock 4-H Member».  

Monique Bernard-Kinch est évidemment bien fière d’avoir reçu ce prix, mais pour elle, la vraie récompense est de participer à la construction et au fonctionnement du Club 4-H de sa région natale.  «Nous avons un bon club, bien entouré, avec des membres engagés et des chefs qui sont d’une grande générosité.  Nous sommes très chanceux», dit Mme Bernard-Kinch.  

Le Club 4-H Évangéline a traditionnellement été coordonné par une seule personne, mais ces dernières années, le modèle a changé.  «L’année passée, j’ai partagé la tâche avec Jeannette Gallant et cette année, nous avons partagé la tâche en quatre.  Il y a, Jeannette et moi, Félix Arsenault et sa femme Alice Arsenault.  On se partage les tâches, on partage nos idées et c’est motivant».

Monique est la fille de Julien Bernard, un fermier reconnu de la région Évangéline et de sa mère, Corinne, qui a longtemps été l’unique chef du Club 4-H local.  «En grandissant, j’ai fait partie du club 4-H.  J’ai toujours aimé cela.  Mon fils, Alex, qui a 20 ans maintenant, a toujours été membre du Club.  C’est un organisme qui a de très bonnes valeurs, qui donne aux jeunes des opportunités d’apprendre des choses en les faisant.  Cette année, nous avons 23 membres.  C’est une très bonne année.  La plupart de nos jeunes grandissent dans le Club 4-H et restent dans le Club jusqu’à 21 ans, qui est l’âge limite», indique Monique Bernard-Kinch.  

En cela, Dominique Arsenault, qui a remporté le prix du «Top Livestock Member» pour 2015 ne pourrait pas être plus d’accord.  «J’ai 20 ans, j’ai toujours été membre de 4-H, et je vais rester jusqu’à l’année prochaine.  Le Club 4-H m’a apporté beaucoup de confiance en moi.  J’ai appris à parler en public en participant aux projets de communication.  J’étais timide quand j’étais jeune, et cela m’a aidée beaucoup.  Je ne pense pas que j’aurais pu devenir infirmière auxiliaire et être aussi à l’aise avec les patients, si je n’avais pas eu le Club 4-H», dit la jeune femme qui a fini son cours d’infirmière auxiliaire au Collège Acadie en janvier dernier et qui a déjà un emploi à l’Hôpital du comté de Prince.  

Reconnaissante pour ce que 4-H a fait pour elle, Dominique Arsenault a déjà commencé à redonner à l’organisme.  Elle était une des juges lors de la soirée annuelle de communication, le 1er avril dernier.  

Selon Monique Bernard-Kinch, la relève n’a jamais été un souci pour le Club 4-H Évangéline.  «Nous n’avons jamais de difficulté à trouver des chefs de projets.  Les gens aiment faire du bénévolat», dit-elle.  

Cette année, les projets et leur chef sont : 

• Cuisine : Alvina Bernard 

• Scrapbooking : Noëlla Arsenault 

• Gilles Bernard, Corinne Bernard et Jules Gallant : veaux laitiers

• Élevage de dindons : Félix Arsenault.  

• Pêche sur la glace (nouveau cette année) : Terry et Krista Arsenault

• Activités en plein air : Rob et Mélanie Gallant

• Zentangle : Edna Gallant

• Décor de gâteau : Yvette Arsenault

• Photographie : Noëlla Arsenault

• Chevaux : partenariat avec le Club 4-H de Lot 16.  

• Lapins : Melvin et Lorraine Gallant

«Pour les projets, le chef et ses jeunes fixent leur propre horaire.  Le groupe au complet se réunit chaque mois, et il y a diverses activités comme la journée d’accomplissement en juin.  C’est là qu’on célèbre les succès de nos jeunes.  Le 16 avril prochain, nous aurons une activité sur la prévention de la drogue, avec un agent de la GRC.  Plus tard cette année, nous participerons à la campagne nationale «Fier membre de la colonie des 4-H», pour sensibiliser les jeunes à l’importance des abeilles et des autres insectes pour la pollinisation», indique Monique Bernard.  

Les Clubs 4-H qui s’inscrivent à cette campagne reçoivent cent paquets de mélange de semences de fleurs et plantes qui attirent les pollinisateurs.  Ils reçoivent aussi des fiches de renseignements qui expliquent l’importance de leur geste pour préserver l’habitat et la santé des pollinisateurs dans leur communauté.  Ces paquets de semence seront à vendre et les profits resteront au Club.  

L’agriculture est au cœur de l’action 4-H.  Dominique Arsenault en sait quelque chose.  Depuis plusieurs années, elle élève un veau dans le cadre du programme 4-H.  «Je me suis rendue deux fois à la Royal Winter Fair, à Toronto, pour présenter mes animaux.  C’était une opportunité.  En 2015, mon club a soumis mon nom pour le prix de Top Livestock Member, et j’ai accepté de passer les étapes d’évaluation.  J’ai été interviewée par un panel de trois personnes, et j’ai répondu à un long questionnaire sur l’élevage laitier et sur l’agriculture en général.  C’étaient des questions très précises, qui demandaient de vraies connaissances.  Et j’ai reçu le prix», conclut Dominique Arsenault, qui fait partie du Club depuis qu’elle a 9 ans.  

Au Club 4-H Évangéline, les bénévoles sont toujours appréciés.  Alevina Bernard a reçu un certificat attestant de son engagement de 20 ans à l’organisation 4-H, et Melvin et Lorraine Gallant ont aussi été reconnus pour leur engagement depuis de nombreuses années, surtout pour l’évaluation des lapins.  Ils reçoivent leur certificat des mains de Monique Bernard-Kinch. 




Au Club 4-H Évangéline, les bénévoles sont toujours appréciés.  Alvina Bernard a reçu un certificat attestant de son engagement de 20 ans à l’organisation 4-H, et Melvin et Lorraine Gallant ont aussi été reconnus pour leur engagement depuis 10 ans, surtout pour l’évaluation des lapins.  Ils reçoivent leurs certificats des mains de Monique Bernard-Kinch.

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images