FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 10 février 2016
Andréa Deveau, directrice générale, et Donald DesRoches, président du Conseil acadien de Rustico.

Pour le nouveau président du Conseil acadien de Rustico, Donald DesRoches, il y a bien des façons de mesurer le succès.  On peut, par exemple, se contenter de compter les personnes à une activité passive.  Mais pour lui, ce qui importe avant tout, c’est que les personnes présentes soient engagées.  

«Pour moi, le nombre importe moins que le degré d’engagement des personnes qui sont là, de leur intérêt, de la qualité de l’interaction à l’intérieur de l’activité.  Et c’est ce que nous allons chercher à cultiver dans nos activités, notre programmation, et aussi, dans notre façon de faire une place aux bénévoles», a indiqué Donald DesRoches, le 2 février dernier, lors d’une activité très «engageante» autour de la fête de la Chandeleur. 

Cette activité n’avait rien de grandiose.  C’était un simple souper aux crêpes et saucisses, préparé par une bénévole et servi à la bonne franquette.  Il y a eu de la musique par Nathalie Arsenault et son mari Pepeto Pinto, et une causerie illustrée par Georges Arsenault, le grand spécialiste de la Chandeleur.  Les gens de tous les âges étaient à l’aise et se parlaient et les enfants se promenaient librement.  

«Selon mes critères, ce soir, c’était un succès.  Nous avons mis sur pied un comité de programmation qui est présidé par Kay Benoit Hryckiw, qui est membre du conseil.  Les autres membres de son comité seront des bénévoles de la communauté.   L’idée n’est pas seulement de trouver des personnes pour aider, mais de donner à ces personnes l’occasion de contribuer à leur façon, selon leur intérêt.  Peu importe que ce soit pour nettoyer les tables après un repas, ou organiser un spectacle, du moment que l’expérience est valorisante pour eux.  Nous voulons redonner à la communauté l’occasion de jouer un rôle actif dans son propre développement», a indiqué M. DesRoches.  

Tour à tour observateur et acteur sur la scène associative francophone, Donald DesRoches a l’impression que dans une certaine mesure, l’entrée en scène de personnel permanent dans nos centres scolaires et communautaires a eu pour effet de désengager la communauté.  

«Vous savez, parfois, c’est plus facile pour l’employé de faire toutes les petites tâches que d’entretenir autour de l’institution un réseau de bénévoles motivés et valorisés.  Et c’est ce que nous voulons rétablir ici à Rustico.»

La prochaine activité mise au point par le comité de programmation aura lieu le 12 février, en marge de la Saint-Valentin.  Il s’agira d’une soirée au profit du programme d’accueil des réfugiés syriens.  Encore là, le Conseil acadien de Rustico veut associer les gens à un effort communautaire et leur permettre de jouer un rôle actif et valorisant dans une cause altruiste.  

«Notre communauté est petite et nous le savons.  Mais nous avons aussi une belle petite école qui est encore en pleine croissance.  C’est clair qu’une de nos raisons d’être est d’enrichir la vie scolaire.  C’est ce principe qui est à l’origine même des centres scolaires et communautaires.  Et nous avons aussi un centre de la petite enfance.  Pour l’instant, c’est nous qui le gérons, mais nous voyons l’entrée en scène de la nouvelle Association des centres de la petite enfance francophones comme une option que nous allons explorer», a indiqué Donald DesRoches.  


Kay Benoit Hryckiw est la présidente du nouveau comité de programmation du Conseil acadien de Rustico.

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images