FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 22 janvier 2014
Le chef du parti néo-démocrate Mike Redmond était de passage à Summerside le 17 janvier dernier afin de mieux comprendre les enjeux de plusieurs organismes de la région.  Des rencontres avec la SSTA, la mairie de Summerside, ainsi que le Club des garçons et filles de Summerside l’ont aidé à comprendre les défis de ces groupes.  C’est le genre de tactique que Mike Redmond et son entourage entreprennent depuis plus d’un an, afin de savoir ce que les Prince-Édouardiens veulent et populariser ce parti politique.   

«Nous essayons de rencontrer le plus de gens et d’organismes possible, afin de mieux comprendre ce qui se passe dans notre province», explique M. Redmond chef du NPD depuis  octobre 2012.  

«Toutes les communautés ont des défis différents à surmonter et la seule manière de vraiment les connaître, c’est de rencontrer les gens.  Trop souvent, il y a des décisions qui sont prises par la province où il n’y a pas eu de consultations adéquates avec le public et cette manière de faire les choses laisse à désirer». 

Pendant que les conservateurs ont eu des difficultés à l’interne en 2013 et n’ont pas réussi à augmenter en popularité, le parti NPD de l’Île-du-Prince-Édouard a été sur l’offensive, en utilisant les médias pour parler de nombreux sujets. Pendant l’année 2013 seulement, le parti NPD à publié plus de 100 communiqués de presse afin d’assurer une présence vocale, se prononçant chaque fois qu’il y avait une opportunité.

«Nous avons travaillé fort à l’interne de notre parti pendant la dernière année et nous ressentons qu’il y a une énergie qui se crée à l’échelle de la province», avoue le chef du parti NPD.  «Mais, il reste un gros travail à entamer jusqu’aux prochaines élections».

À moins d’une élection imprévue, la prochaine fois que les Prince-Édouardiens voteront pour leur gouvernement provincial sera en octobre 2015. Selon un sondage de la Corporate Research Associates au début septembre 2013, le parti NPD aurait 32 % des votes insulaires.  De justesse, il a dépassé les Conservateurs, mais demeure derrière des Libéraux.  

Mike Redmond ne cache pas le fait que les insulaires ont historiquement voté pour les candidats libéraux ou conservateurs et réalise qu’il devra continuer à trouver des manières créatives afin de gagner autant de vote que possible s’il veut gagner des sièges à la prochaine élection.  Une de ses tâches sera de former un groupe de 27 excellents candidats dans chaque district de l’Île; chose que ce parti a rarement faite.

Équilibrer l’économie et l’environnement

«Depuis trop longtemps, les gouvernements au pouvoir ont placé l’économie en avant de l’environnement et une grande valeur pour le NPD c’est d’équilibrer ces deux aspects critiques pour l’ensemble des citoyens», élabore Mike Redmond.  «Au NPD, nous voulons inclure tout le monde dans les discussions et créer une conscientisation sociale, car au travers de notre province et même du pays, il y a tellement d’inégalité qui existe.  Tout le monde doit être écouté.» 

Le chef du parti NPD n’a pas caché le fait qu’il n’aurait tout simplement pas fait le fameux «Plan B».  «Nous n’avons pas une abondance de terres ici sur notre province et nous devons en être respectueux.  Le gouvernement Ghiz n’était pas à l’écoute des citoyens concernés lorsqu’ils ont fait connaître leurs mécontentements envers la proposition de ”Plan B“.  «S’il était si concerné par la sécurité des insulaires, il aurait placé une clôture à l’autre bord du pont de la Confédération (côté Nouveau-Brunswick) pour éviter que des orignaux traversent le chemin afin d’assurer le retour à la maison.  Cela aurait été plus pratique», a dit M. Redmond. 

«Mon grand-père m’a toujours dit de m’assurer de laisser la planète dans un meilleur état qu’elle était lorsque je l’ai trouvée», termine Mike Redmond.  «C’est ce que je vais tout simplement essayer de faire.»

L'Île-du-Prince-Édouard en images