FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 18 octobre 2018

Les machines agricoles spécialisées dans la récolte de pommes de terre facilitent la tache des producteurs, mais c’est tout de même une période de travail intense pour les agriculteurs.

Les Fermes d’Urbainville sont l’un des plus gros producteurs de pommes de terre de la région Évangéline.  Les propriétaires sont satisfait de la récolte, jusqu’à présent.  «Bien qu’on n’ait pas eu beaucoup de pluie cet été, ici dans la région, on en a eu un peu plus que dans d’autres régions.  La récolte n’est pas extraordinaire, mais elle n’est pas aussi mauvaise qu’on s’y attendait», a indiqué Alfred Arsenault rejoint au téléphone en soirée du dimanche 14 octobre 

Il avait travaillé toute la journée et il s’attendait à continuer jusqu’à 23 heures ou même minuit.  «On en profite quand il fait beau.  La pluie des dernières semaines nous a retardés.  Les trois quarts de la récolte devraient être arrachés à l’heure actuelle et on est loin d’être rendu là.  Je pense qu’à la grandeur de l’Île, plus que la moitié des patates sont encore dans la terre.  Si ça gèle, on va avoir de gros problèmes». 

Ce n’est donc pas par hasard que l’on rencontre beaucoup de machinerie agricole sur les routes.  «Il y a environ 20 personnes qui travaillent pour la ferme ces temps-ci.  On fait des journées de 16 heures,pour perdre le moins possible de nos récoltes, et on espère que le gel ne viendra pas trop tôt», a indiqué Alfred Arsenault. 

Dimanche, il faisait beau et lundi aussi, mais de la pluie s’annonçait à nouveau pour mardi et le fermier voulait profiter au maximum de cette fenêtre de beau temps, si courte soit-elle. 

Ce n’est pas nouveau, l’agriculture est rythmée par les saisons et par la météo.  Mais Alfred Arsenault a observé au cours des années que c’est de plus en plus difficile de se fier à la météo.  «Il me semble que dans le passé, le temps changeait moins souvent que ça.  Maintenant, on dirait que même s’il fait beau, il peut arriver une pluie qui va ruiner ta journée de travail.  Je ne sais pas si c’est à cause des changements climatiques, mais en tout cas, il me semble que ça a changé».

Les Fermes d’Urbainville possèdent ou louent des terres un peu partout dans la région Évangéline et au-delà.  Elles cultivent environ 15 variétés de pommes de terre pour la transformation en frites et en croustilles, pour le compte de Cavendish Farms. 


Alfred Arsenault d’Urbainville lors de la récolte de pommes de terre le dimanche 14 octobre dernier à Mont-Carmel.  (Photos : J.L.)

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images