FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 17 octobre 2018

Le magasin de Summerside Cannabis Î.-P.-É. est situé dans l’ancien restaurant Starbuck. (Photo : J.L.)

Ce matin, 17 octobre, Cannabis ÎPÉ a ouvert trois magasins et a lancé une plateforme de vente en ligne, pour être prêt à répondre à la demande des clients pour un produit qui n’avait pas auparavant pignon sur rue. 

Les trois magasins sont à Montague, Charlottetown et Summerside et un quatrième ouvrira à O’Leary d’ici quelques mois. 

«Dans cette phase initiale, nous allons vendre trois grandes familles de produits : des joints pré roulés, des fleurs séchées et de l’huile en capsule ou en “liquide”», a expliqué Zach Currie, directeur de la filière cannabis de la commission provinciale des alcools.

Ces trois produits seront déclinés dans des taux variés d’ingrédients actifs, de plus léger à plus fort et les prix varieront en conséquence.  «Nous avons établi une échelle de prix que nous jugeons compétitive.  Notre défi était d’établir des prix qui n’auraient pas pour effet d’entretenir le marché noir ni d’encourager la consommation de cannabis.  Je pense que nous avons réussi», a indiqué M. Currie. 

D’autres produits s’ajouteront à l’offre dans des phases ultérieures de fonctionnement, incluant des produits d’alimentation. 

Durant les derniers mois, 50 employés ont été embauchés, autant dans des postes de gestion que de service à la clientèle.  «Nous avons des personnes très capables qui travaillent pour nous.  Toutes ont reçu une formation.  Je ne dis pas qu’au début, il n’y aura pas des petits problèmes à régler, mais je demande aux clients, si ça se produit, d’être patients et compréhensifs.  C’est un tout nouveau domaine pour nous», a indiqué Zach Currie. 

À l’Île-du-Prince-Édouard, l’âge légal pour acheter de l’alcool, et maintenant du cannabis, est de 19 ans.  «De notre côté, chaque client devra présenter une carte d’identité, en particulier ceux qui font des achats en ligne.  Les paquets seront envoyés par Purolator et aucun colis ne sera laissé sans surveillance sur le pas d’une porte ou dans une boite aux lettres.  Chaque colis sera remis à une personne qui devra prouver qu’elle a 19 ans ou plus.  Au cas où il n’y aurait personne, ou personne de 19 ans et plus pour réceptionner ce colis, il serait conservé jusqu’à ce que le client d’âge légal fasse des arrangements pour cueillir le colis ou le faire livrer».

Acheter est une chose, consommer est une autre chose.  Rares sont les adolescents de moins de 19 ans qui n’ont jamais bu une goutte d’alcool.  On peut parier que le cannabis exercera un attrait aussi vif, sinon plus, sur les jeunes.  Les parents devront exercer la surveillance qu’ils jugent appropriée, tout comme pour l’alcool. 

«Nous avons établi un système qui, nous le pensons, va bien fonctionner.  Nous avons investi beaucoup d’argent, et nous avons planifié et raffiné nos systèmes autant que nous pouvions le faire.  Le vrai test commencera le mercredi 17 octobre», a indiqué Zack Currie en entretien téléphonique le samedi 13 octobre. 






L’intérieur a été refait au cours des derniers mois pour faire place à la nouvelle marchandise.  (Photos : Ericka Muzzo)

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images