FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 9 novembre 2016

Zabulon Kajumbura, de la Tanzanie, et ses deux fils, Boniface, à la guitare électrique, et Isaac, à la voix, ont offert quelques chansons en Swahili.  

Selon Jacinthe Lemire, la Semaine nationale de l’immigration francophone a été un véritable succès à l’Île.  «Nous avons eu une bonne douzaine d’activités, qui touchaient différents groupes d’âge et différentes clientèles, et la participation a été très bonne.  Même notre ciné-découverte a attiré une vingtaine de personnes, ce qui, pour moi, est un véritable succès.  En plus, le film représentait exactement l’esprit de la Semaine nationale de l’immigration francophone», a indiqué la directrice générale de la Coopérative d’intégration francophone.  

Les activités de la Semaine ont inclus notamment une programmation des bibliothèques publiques, ainsi que des présentations dans les écoles, comme celle que Marlyse Anakeu, du Cameroun, a faite à l’école Saint-Augustin.  

À l’école Pierre-Chiasson, une magnifique œuvre murale a été réalisée, et à l’école François-Buote, un projet de sensibilisation scolaire a aussi été initié, mais il n’a pas pu être terminé à temps pour être dévoilé durant la Semaine de l’immigration francophone.  

Le vendredi 4 novembre, une belle foule s’est réunie au Carrefour de l’Isle-Saint-Jean pour y célébrer la diversité, en musique et en nourriture, notamment.  À cette occasion, on a présenté le prix de Championne de la diversité à Isabelle Dasylva-Gill, qui est analyste des politiques au Secrétariat des affaires acadiennes et francophones, et qui participe à de nombreuses initiatives qui ont pour effet de favoriser l’éducation et l’inclusion, au sens large du terme.  

«Depuis mon arrivée à l’Île-du-Prince-Édouard, j’ai bénéficié d’un accueil merveilleux», a raconté la jeune femme.  Son premier contact avec la CIF remonte à plusieurs années, alors que l’organisme s’appelait encore le Carrefour d’immigration rurale et qu’il était dirigé par Georges Monfray.  «Ç’a été mon premier contact avec la communauté et au fil des années, j’ai toujours voulu aider et faire du bénévolat.  Ça fait partie de mes valeurs, qui m’ont été inculquée par ma mère et c’est une façon de redonner, pour ce que j’ai reçu», a-t-elle indiqué, après avoir reçu le prix.  

L’an dernier, le Champion de la diversité était Edgar Arsenault, qui dirige la résidence pour personnes âgées à Wellington, Le Chez-Nous.  «Il y a de nombreux centres comme le nôtre et c’est certain que nous dépendons beaucoup de l’immigration pour embaucher tout le personnel dont nous avons besoin.  À notre résidence, à Wellington, je peux dire que les employés issus de l’immigration que nous avons apportent beaucoup à la vie de nos résidents», a indiqué Edgar Arsenault.  

Durant le 5 à 8 multiculturel du 4 novembre, présenté au Carrefour de l’Isle-Saint-Jean, de nombreuses personnes se sont réunies pour profiter de l’excellent repas aux saveurs mondiales, préparé par le chef Pierre El Hajjar et son équipe.  Le programme musical incluait les belles chansons françaises de Rose-Marie Bernaquez du Nouveau-Brunswick, la danse de trois jeunes iraniennes, Maryam Abdipour, Farnaz Sedighi et Sara Ashnaei, et les chansons en Swahili de Zabulon Kajumbura de la Tanzanie, et de ses deux fils, Boniface et Isaac.  

On a aussi pu entendre le témoignage touchant de Cristina Morales, qui travaille au centre de la petite enfance L’Île enchantée, au Carrefour de l’Isle-Saint-Jean.  Originaire du Venezuela, la jeune femme est arrivée à l’Île par l’entremise de son mari, qui voulait faire son doctorat en médecine vétérinaire et qui est, depuis, retourné dans son pays.  «Je me suis intégrée à la communauté francophone et j’ai découvert des gens qui étaient toujours prêts à m’aider.  C’est fantastique.   Je ne partirai jamais d’ici», a-t-elle indiqué.  


Jacinthe Lemire, directrice générale de la CIF, Isabelle Dasylva-Gill, Championne de la diversité 2016, et Sylvain Duguay, coordonnateur du projet LIENS.


Le chef Pierre El Hajjar et Jacinthe Lemire devant l’excellent repas préparé pour le 5 à 8 multiculturel.


Sara Ashnaei, Maryam Abdipour et Farnaz Sedighi ont offert des danses iraniennes.  

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images