FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 13 octobre 2016

Les membres du conseil d’administration de la Fédération des parents de l’Î.-P.-É.  À l’avant, de gauche à droite, Anne-Marie Rioux et Lori Perry.  À l’arrière, Melissa MacDonald, Tina White, Moira McGuire, Julie Duchesne, Jason LeBlanc, Alanna Saulnier, Jennifer Gallé et Erika Young.  Absent de la photo : Gilles Benoit.


La Fédération des parents de l’Île-du-Prince-Édouard a tenu son assemblée annuelle le 5 octobre dernier à Summerside.  La présidente, Julie Duchesne, a présenté un rapport concis qui a rappelé les grandes lignes des activités de l’année.  

«Les activités et la programmation sous le thème “Voir Grand” sont une priorité pour nous», a insisté la présidente, qui poursuivra à ce poste jus-qu’à la prochaine assemblée annuelle, en 2017.  

Durant l’année 2015-2016, il y a eu des activités de «Voir Grand» dans toutes les régions.  À Prince-Ouest, Évangéline Summerside et Rustico, les activités sont bien entamées.  À Charlottetown et Souris (Kings-Est), il y a eu quelques activités, qui ont été bien appréciées.  

«Le taux de participation aux activités et sessions demeure encourageant, avec une moyenne de 75 % de notre clientèle cible, à chaque activité.  Nous demandons régulièrement aux parents de répondre à des sondages et des évaluations.  Cela nous aide à savoir si nous sommes sur la bonne piste et aussi ce que nous pouvons améliorer à l’avenir», a indiqué Julie Duchesne dans son rapport.  

Outre l’appui au programme «Voir Grand», durant l’année 2015-2016, la Fédération des parents a accordé beaucoup d’attention au dossier de la petite enfance.  Comme l’a mentionné la présidente en ouverture de réunion, «nous jugeons que c’est une période critique pour le développement de la langue et de l’identité de l’enfant.  Nous travaillons en étroite collaboration avec nos partenaires pour assurer le succès de nos centres de la petite enfance.  Malgré des défis persistants, la grande volonté d’appui de la communauté nous encourage à croire que nous sommes en train de bâtir de solides fondations».

Au chapitre des finances, la Fédération des parents a terminé son année financière, au 31 mars 2016, avec un déficit brut de 10 000 $.  Cependant, il y a quelques années, la Fédération des parents a décidé d’utiliser son surplus accumulé en tranches de 8 500 $ par année, jusqu’à une remise à zéro du compteur.  Donc, après le transfert interne de 8 500 $, le déficit pour l’année est minime. 

Après la réunion annuelle formelle, la conversation s’est poursuivie.  Les parents ont entre autres entendu Rachel Gauthier, qui poursuit son doctorat en éducation, et qui a partagé quelques-unes de ses réflexions avec les parents.  Elle a réitéré à quel point c’est important de ne pas mélanger l’immersion, un privilège, et l’école française, un droit.  

Également, les parents ont écouté le témoignage de Julia Singer, qui a fréquenté l’École-sur-Mer jusqu’en 9e année et qui est maintenant en 12e année à Évangéline, et de sa mère Suzanne Singer.  Toutes les deux ont dit à quel point la décision de quitter l’ÉSM avait été déchirante, mais qu’il n’était pas question pour Julia de s’en aller en anglais à Three Oaks.  

La réunion a pris fin sur les discussions en groupe, où lesparents ont discuté des raisons qui les décideraient de quitter leur école.  La réponse la plus frappante a été «si l’école brûlait».  Les autres raisons qui motiveraient un changement d’école seraient si le mieux-être de l’enfant était en jeu, pour des motifs d’intimidation, ou autre motif sérieux.  


Julia Singer et sa mère Suzanne Singer avec Diane Ouellette (à droite), lors du témoignage percutant qu’elles ont donné à l’occasion de l’AGA de la Fédération des parents. 


Le prix du parent de l’année a été présenté à Lisa Ronahan (à gauche).  Elle est en compagnie de la conseillère, Erika Young.

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images