FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 30 septembre 2016

De gauche à droite, au premier rang, Daniel Gallant (conseiller sénior), Karine Gallant (directrice), Amélie Ouimet (qui s’est jointe à la photo, mais qui n’est pas membre de JAF), Adrien Buote (président) et Jaylynn Sheilds (déléguée de l’école Pierre-Chiasson).  Au second rang, on voit Jérémie Buote (délégué de l’école François-Buote), Kyle Gill (vice-président pour l’est de la province), Anne-Sophie Hudon-Bienvenue (employée temporaire), et Beth Profitt, membre de Jeunesse Acadienne et Francophone.  

L’organisme jeunesse, Jeunesse Acadienne, de l’Île-du-Prince-Édouard, s’appelle dorénavant Jeunesse Acadienne et Francophone de l’Île-du-Prince-Édouard.  En plus court, ça fait JAFLÎPÉ (prononcé jaflipe).  

C’est dans un effort d’inclusion que l’organisme a décidé de modifier ses statuts et règlements pour intégrer le mot francophone.  

«C’est certain que le simple fait d’ajouter le terme “francophone” à notre nom ne suffit pas à être plus inclusif.  Ça s’accompagne d’efforts sur le terrain, d’une stratégie de recrutement plus proactive, et d’une plus grande présence dans les écoles.  Tout ça est lié ensemble», a indiqué le président de Jeunesse Acadienne et Francophone de l'Î.-P.-É., Adrien Buote, quelques minutes après la conférence de presse où l’organisme a expliqué les changements.  

Une plus grande présence dans les écoles est rendue possible, entre autres, par un partenariat avec la Commission scolaire de langue française.  D’ici Noël, JAF visitera les six écoles françaises à quatre reprises, pour un total de cinq visites.  Ça permettra à l’organisme d’entretenir un lien plus étroit avec sa clientèle cible.  Dans cette optique, la nouvelle structure de l’organisme inclut un représentant par école.  L’école La-Belle-Cloche est représentée par Daniel Chapman, l’école François-Buote par Jérémie Buote.  En théorie, l’école Saint-Augustin se rend en 9e année, mais cette année, les classes ne dépassent pas la sixième année.  Il n’y a donc pas de représentant officiel de cette école.  L’École-sur-Mer n’a pas encore nommé son représentant.  De l’école Évangéline, la déléguée est Britney Arsenault et de l’école Pierre-Chiasson, la déléguée est Jaylynn Sheilds.  

Les trois écoles de l’est sont placées sous une vice-présidence qui est occupée cette année par Kyle Gill.  Les trois écoles de l’ouest sont placées sous une vice-présidence qui est Jenny Richard.  

Les deux vice-présidences qui assurent le lien avec les écoles, en plus du président Adrien Buote et du conseiller sénior, qui est présentement Daniel Gallant, forment le Conseil de direction.  Selon Adrien Buote, c’est ce groupe qui est chargé du PAR et POUR les jeunes.  «C’est à ce niveau que l’imagination va se manifester et que les activités vont se construire.  En parallèle, nous avons aussi un conseil d’administration de trois personnes, qui sera chargé de l’administration.  Les trois membres sont Geneviève Ouellette, Carol Gallant et Giselle Bernard.  Ces trois membres représentent l’instance légale de l’organisme», a expliqué Adrien Buote.  

Les nouveaux noms et structures avaient été proposés et acceptés en principe lors de l’assemblée annuelle de juin dernier.  Cependant, parce que l’organisme n’avait pas pu réunir le quorum, tous ces changements n’avaient pas pu entrer en vigueur, jusqu’à l’assemblée annuelle du 22 septembre dernier.  

Outre une plus grande présence dans les écoles françaises, JAFLÎPÉ veut aussi prendre contact avec tous les autres jeunes parlant français qui pourraient être intéressés, incluant ceux et celles qui sont dans les classes d’immersion.  Selon la politique d’inclusion de JAF, jusqu’à 25 % des places pour une activité pourraient être occupés par des jeunes issus de l’immersion.  «C’est une politique que nous observons officiellement depuis décembre dernier, mais elle est encore en voie de concrétisation sur le terrain», a précisé Karine Gallant, employée de l’organisme.  Tous ces jeunes parlant français, peu importe de quelle origine ils sont, pourront prendre part à de nombreuses activités, incluant le Parlement jeunesse de l’Acadie qui aura lieu à Charlottetown au début de janvier 2017, des activités parascolaires, et des projets en développement comme le nouveau «Pitch ton projet», dont les jeunes entendront parler prochainement.  

Également, il y aura en 2017, un forum jeunesse pancanadien pour lequel le recrutement est en cours.  Tout cela confirme que les jeunes qui veulent s’impliquer ne manquent pas d’occasions de le faire.  


Après la partie formelle de la conférence de presse, les jeunes ont effectué quelques figures de danses carrées.

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images