FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 26 juillet 2016

Vaughne Madden est la nouvelle directrice généraledu Congrès mondial acadien 2019.  De passage à l’Îlerécemment, elle a confirmé que le CMA y ouvrirait un bureau dès cet automne. 


Vaughne Madden, native de Nouvelle-Écosse, est entrée en fonction le 4 juillet dernier comme directrice générale du Congrès mondial acadien de 2019, à trois ans, presque jour pour jour, du début de l’événement.  

«Une certaine quantité de travail a déjà été faite, et de nombreuses décisions ont été prises.  Le comité est très avancé dans sa planification et dans son travail.  J’ai le sentiment d’arriver dans une équipe dynamique, qui comprend son rôle et dont les membres sont dévoués à leurs communautés respectives», a insisté Vaughne Madden.  

Pendant les quelque 11 dernières années, Vaughne Madden était la directrice des affaires acadiennes dans sa province de la Nouvelle-Écosse.  «Je commençais à avoir envie de revenir vers le communautaire et j’attendais l’opportunité, mais j’étais loin d’imaginer que je prendrais en main l’organisation d’un autre CMA, après avoir dirigé celui de 2004, pendant plus de quatre ans.  Mon cœur a toujours été dans le développement communautaire, et un CMA, c’est un outil de développement», a soutenu la nouvelle DG, lors d’une entrevue à Summerside, le mardi 19 juillet.  

En procurant un échéancier bien précis, ce qui n’est pas courant en développement communautaire, le CMA aide les communautés touchées à canaliser leurs forces vives, leurs talents et leurs ressources, vers l’atteinte d’un objectif commun.  

«Tout le travail de préparation d’un CMA développe des expertises dans les communautés, et ces expertises restent.  Chez nous, dans la région de Clare en Nouvelle-Écosse, nous avons le plus ancien festival acadien du monde.  Il commençait à s’essouffler un peu.  Par chance, après le CMA, les organisateurs locaux du Congrès ont pris la relève pour donner un nouveau souffle.  Je sais qu’ici, à l’Île-du-Prince-Édouard, cela va être la même chose».

Selon elle, des partenariats durables vont rester, en plus de nouvelles infrastructures et surtout, on verra un regain de l’identité acadienne, car les CMA sont des allumeurs d’étincelles identitaires.  

«C’est de plus en plus important et pertinent d’entretenir et de faire en sorte que cette étincelle se propage, dans le contexte où l’Acadie se transforme avec les nouveaux Canadiens qui viennent vivre chez nous et qui se cherchent une place.  Nous voulons faire en sorte qu’ils se sentent interpelés par le projet acadien et la vie en Acadie», a insisté Vaughne Madden.  

À environ trois ans du début de l’événement, l’organisation est à jour dans son cheminement critique.  En plus de la directrice générale, il y a deux autres employés, qui sont tous les deux à temps partiel pour le moment : François Émond à la programmation et Éric Haché à la logistique.  Ce dernier était le responsable de la logistique pour le CMA de 2014 ainsi que pour celui de 2009.  

«Nous commençons à savoir comment organiser les CMA.  Pour celui de 2019, nous profitons de l’expérience de 2009 et de 2014.  C’est là que nous avons véritablement commencé à enregistrer nos actions pour aider les éditions suivantes.  C’est certain que ça nous aide beaucoup», a dit Mme Madden.  

Durant ces premiers mois de planification, le public est peu impliqué dans le processus.   

«Nous sommes encore à l’étape de la planification.  Nous savons que les gens veulent tout savoir tout de suite, mais soutenir l’intérêt du public pendant trois ans, ça peut devenir épuisant.  La dernière chose que nous voulons, c’est que les gens soient tannés de nous avant même l’événement».

Vaughne Madden a par ailleurs confirmé qu’un bureau du CMA ouvrira à l’Île-du-Prince-Édouard en octobre (ou novembre) prochain, afin d’assurer une présence permanente de l’organisation à l’Île-du-Prince-Édouard.  

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images