FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 19 juillet 2016

Des participants au Forum en compagnie du parrain, Grégory Charles (au centre).  On reconnaît Anne-Sophie Farion à la gauche de la colonne blanche.  (Photo : Centre de la francophonie des Amériques)

Après Québec, Moncton et St-Boniface, le Forum des jeunes ambassadeurs de la francophonie des Amériques refaisait escale dans la métropole québécoise du 3 au 11 juillet.  C’était une occasion exceptionnelle pour 55 jeunes de 18 à 35 ans de s’engager envers le français au sein de leur communauté respective.

«Cette semaine, ce n’est pas juste une semaine où vous venez apprendre, et ce serait déjà grand si ce n’était que ça, mais c’est plus que ça.  Vous avez été conviés ici pour rien de moins que pour changer le monde.  C’est cela la responsabilité d’un jeune ambassadeur de la francophonie», a indiqué Grégory Charles, le parrain de l’événement, en ouverture de l’événement.

Le Centre de la francophonie des Amériques a reçu près de 550 inscriptions officielles au Forum, ce qui constitue un record.  Le PDG du Centre, Denis Desgagné, estime que cette 5e édition a permis de faire venir des jeunes d’horizons professionnels diversifiés, bien au-delà du seul milieu de l’éducation.

Géographiquement, la diversité était aussi au rendez-vous.  Pas moins de 20 pays étaient présents.  En ce qui concerne les Canadiens, sur la vingtaine de jeunes sélectionnés, une seule représentait l’Île-du-Prince-Édouard. 

Anne-Sophie Farion, Française nouvellement installée à l’Île-du-Prince-Édouard et gestionnaire des communications à la Fédération des parents de l’Île, estime que le Forum «permet d’ouvrir la fenêtre» sur ce que vivent les francophones dans les Amériques.  «Avec des ateliers comme celui sur la construction identitaire présenté par l’ACELF, cela permet de travailler sur nos valeurs».

Participante au Forum de 2015 à Toronto et au Parlement francophone des jeunes des Amériques (autre événement du Centre), coprésidente du Regroupement étudiant franco-ontarien, Rym Ben Berrah évoquait la possibilité de créer un réseau jeunesse à la suite de son expérience.

Anaïs Elboujdaïni, agente de communication au sein de l’organisme «La Boussole» de Vancouver, a profité du Forum pour constituer un groupe de personnes venant notamment de Cuba, d’Argentine et du Mexique afin de faire circuler une pétition.

À terme, la pétition sera remise à l’Organisation des Nations Unies pour le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, en 2018, afin de la modifier en «Déclaration universelle des droits humains».

Le prochain Forum doit avoir lieu en 2018.  Si la ville-hôte n’est pas encore connue, nombreux sont ceux qui voudraient le voir sortir du Québec et du Canada.

Photo : Centre de la francophonie des Amériques)

- Par André Magny (Francopresse)


L'Île-du-Prince-Édouard en images