FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 28 juin 2016
Du fameux «parce qu’on est en 2015» de Justin Trudeau en passant par l’éjection de Thomas Mulcair et les adieux officiels de Stephen Harper, les derniers mois ont été mouvementés sur la scène politique fédérale.  Voici 12 événements marquants ayant émaillé les derniers mois, de l’assermentation du nouveau gouvernement libéral, en novembre dernier, à l’ajournement des travaux pour la période estivale, vendredi dernier.

1. «Parce qu’on est en 2015»

«Ça me frustre tellement!  Je veux dire, est-ce que les gens pensent encore qu’ils peuvent s’en tirer avec les arguments qu’ils donnent contre (la parité au cabinet)», s’était étonné le premier ministre Justin Trudeau lors d’une réunion avec ses proches conseillers, le matin de son assermentation.

2. La signature de l’accord de Paris

Le nouveau gouvernement libéral a rapidement marqué une rupture avec le précédent gouvernement conservateur qui avait déchiré l’accord de Kyoto en parvenant à un projet d’accord sur le climat à Paris, le 12 décembre dernier.  Le gouvernement tâche maintenant de trouver des moyens, en collaboration avec les provinces et territoires, de limiter le réchauffement climatique à moins de deux degrés Celsius en visant la barre des 1,5 degré Celsius d’ici l’an 2100.

3. L’arrivée du premier avion de réfugiés syriens

Le premier appareil nolisé par le gouvernement canadien est arrivé à l’aéroport Pearson de Toronto, dans la nuit du 10 au 11 décembre 2015.  Il a été suivi de nombreux autres et le fédéral a fini par atteindre, le 29 février 2016, la cible d’accueil de 25 000 réfugiés syriens qu’il avait fixée pendant la campagne électorale.

4. L’éjection de Thomas Mulcair

À peine remis de son cuisant revers électoral, le chef néo-démocrate a encaissé une gifle monumentale, se faisant chasser de son poste par les 52 pour cent des délégués de son parti réunis en congrès à Edmonton, le 10 avril.  C’était la première fois que les militants du Nouveau Parti démocratique (NPD) montraient la porte à un chef.

5. Annonce sur la marijuana à l’ONU

La ministre de la Santé, Jane Philpott, a annoncé que le Canada comptait légaliser le cannabis au printemps 2017.  Elle a prévenu que cela pourrait «remettre en question le statu quo dans plusieurs pays».  Trois traités internationaux dont le Canada est signataire exigent la criminalisation de la possession et de la production de cannabis.

6. La rédemption de Mike Duffy

Blanchi sur toute la ligne des 31 chefs d’accusation de fraude, d’abus de confiance et de corruption qui pesaient contre lui, le sénateur de l’Île-du-Prince-Édouard a fait son retour au Sénat le 2 mai dernier.

7. La leçon du vote sur C-10

Le projet de loi assouplissant certaines conditions imposées à Air Canada a finalement été adopté le 16 mai dernier.  Le vote s’est soldé par une égalité: 139 pour, 139 contre, et le président de la Chambre a dû voter et a ainsi sauvé le projet de loi.

8. L’«elbowgate»

Les images de l’«elbowgate» (Coude Gate en français), ce coup de coude accidentel à la poitrine qu’a asséné Justin Trudeau à la députée néo-démocrate Ruth Ellen Brosseau en pleine Chambre des communes, le 18 mai dernier, ont été relayées dans plusieurs médias au Canada et ailleurs dans le monde.

9. Discours d’adieu de Stephen Harper

On ne l’a jamais vraiment entendu dire au revoir.  Le soir de la défaite électorale de ses troupes, son départ comme chef avait été annoncé par voie de communiqué par le président du Parti conservateur.  Celui qui aura été Premier ministre pendant environ une décennie n’en avait pipé mot sur scène, le soir du 19 octobre.

10. Volte-face sur la réforme électorale

Le gouvernement a renoncé, le 3 juin dernier, à sa majorité autour de la table du comité chargé de se pencher sur la réforme électorale.  L’opposition estimait que les dés étant pipés d’avance, les libéraux cherchant simplement à imposer un système qui leur serait avantageux, c’est-à-dire le vote préférentiel.

11. Mauril Bélanger

Le député libéral d’Ottawa-Vanier atteint de sclérose latérale amyotrophique (SLA) était aux Communes pour assister à l’adoption en troisième lecture de son projet de loi sur l’hymne national, le 15 juin dernier.  Le projet de loi est rendu au Sénat, et il est peu probable qu’il reçoive la sanction royale avant l’ajournement des travaux pour la période estivale.

12. Une loi sur l’aide médicale à mourir

Le gouvernement libéral a sans doute remporté sa plus grande victoire depuis son arrivée au pouvoir en faisant adopter son controversé projet de loi sur l’aide médicale à mourir.  Son approbation a été plus facile en Chambre, où les libéraux ont limité les débats et bénéficié de leur majorité, qu’au Sénat, où le projet de loi a été menacé de blocage en cette nouvelle ère d’indépendance.

Les sénateurs ont amendé le projet de loi pour élargir l’accès à l’aide médicale à mourir en retirant le critère de mort naturelle raisonnablement prévisible, mais le gouvernement lui a opposé une fin de non-recevoir.  Lors du vote final sur le projet de loi amendé, le 17 juin, plusieurs sénateurs se sont pliés à la volonté des Communes, jugeant que les élus devraient avoir le dernier mot.

- Par Mélanie Marquis
LA PRESSE CANADIENNE

L'Île-du-Prince-Édouard en images