FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 18 mai 2016
Alfred Arsenault, directeur général de la Caisse populaire Évangéline-Central.


L’assemblée annuelle de la Caisse populaire Évangéline-Central, tenue récemment, couvrait une période de 15 mois, plutôt que les 12 mois habituels.  «Auparavant, nos années financières commençaient le 1er octobre.  Maintenant, elles vont suivre le calendrier, de janvier à décembre», a expliqué le directeur général de l’établissement qui compte maintenant trois succursales, Alfred Arsenault.  

L’intégration de la succursale de Tyne Valley remonte à 20 ans, et celle d’O’Leary remonte à 2012.  

«Notre croissance se poursuit de façon régulière.  De septembre 2014 à décembre 2015, nos actifs ont progressé de 11 millions $, pour une marge de 8,76 %.  Nos prêts ont aussi augmenté de 8,7 millions de dollars, soit 8,3 %.  Non seulement nos membres ont emprunté plus, mais ils ont aussi déposé plus d’argent, pour une hausse de 8,8 %.  Tout cela nous met dans une excellente posture.  Notre équité, c’est-à-dire la valeur nette de l’institution, si nous étions pour la vendre, est de presque 11 millions de dollars, à 7,9 %.  C’est excellent, car l’industrie nous demande d’avoir au moins 5 % d’équité.  Il se pourrait que les exigences augmentent, et on est prêt pour cela», dit Alfred Arsenault.  

Pour le directeur général, la stratégie de croissance de l’établissement financier est simple : offrir aux clients ce qu’ils veulent et ce dont ils ont besoin, à des taux compétitifs.  «Dans le passé, nos produits étaient toujours un peu plus chers que ceux des banques et des grandes institutions.  Maintenant, ce n’est plus le cas.  Nous sommes compétitifs, et cela paraît dans le volume d’affaires que nous avons.  Nous avons plus de clients commerciaux locaux que dans le passé.  Ils ont constaté que nous offrions des produits similaires, parfois meilleurs, aux taux concurrentiels, et ils ont opté pour nous.  Et nous allons continuer dans cette voie», a expliqué Alfred Arsenault.  

Bien que la caisse soit en bonne posture, sa performance est directement liée aux conditions économiques en vigueur au pays.  «Contrairement aux banques qui ont d’autres produits, les caisses dépendent en général des intérêts recueillis pour ramener de l’argent qui est de nouveau prêté pour faire d’autre argent pour investir dans la communauté.  Ces temps-ci, la marge entre les taux d’intérêt qu’on perçoit et ceux qu’on verse aux membres est très mince.  Malgré cela, on progresse.»

Alfred Arsenault est très conscient que sa caisse populaire et les autres Credit Union à l’Île doivent se faire connaître du jeune public.  «Nous savons que nos produits et nos services personnalisés correspondent à ce que recherchent les jeunes, mais ils ne nous voient pas.  Nous avons besoin de nous faire plus et mieux connaître», dit Alfred Arsenault.  

Le conseil d’administration de la Caisse populaire Évangéline-Central, pour l’année 2016-2017, est composé de Marsha Arsenault à la présidence, Ira Smith à la vice-présidence, Imelda Arsenault, secrétaire, et les conseillers Jamie Shaw, Jamie Colwill, Giselle Bernard, Peter Bulger, Jim Cook et Billy MacKendrick.  

- Par Jacinthe Laforest 

L'Île-du-Prince-Édouard en images