FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 15 mars 2016


Le Diocèse de Charlottetown a annoncé la semaine dernière que les travaux de construction du nouveau centre de retraite diocésain allaient commencer le plus tôt possible.

«Nous avons accordé le contrat au terme de notre processus d’appel d’offres et nous espérons qu’avec l’hiver et le printemps que nous avons eus, nous serons capables de commencer la construction dès le mois d’avril», a expliqué Gerald Gabriel, l’assistant de l’évêque Richard Grecco, jeudi dernier au téléphone.  

Le nouveau centre de retraite diocésain, dont le nom n’est pas encore choisi, sera construit à Bayview, sur une terre de 17 acres à l’intersection du chemin Reid et de la route 6.  «Ce terrain appartenait à Fran Sark qui en a fait cadeau au diocèse.  C’est un très bel endroit, serein et paisible, qui surplombe la baie de New London», a poursuivi M. Gabriel.  

La construction coûtera 2,9 millions de dollars.  Elle comprend 38 chambres, toutes munies de leur salle de bain privée et d’un système moderne de communication.  La salle à manger, la chapelle et les autres salles peuvent accueillir jusqu’à 60 personnes en même temps.  

«La construction devrait être terminée le 15 décembre 2016 et nous aurons alors quelques mois pour meubler, décorer et nous assurer que nous connaissons bien notre nouveau centre, avant d’accueillir les premiers groupes, en février ou mars 2017.  Ce n’est qu’à ce moment-là que nous fermerons le Centre Belcourt, mais nous n’avons pas l’intention de le démolir», a rassuré Gerald Gabriel.

Ce dernier assure que trois groupes veulent se porter acquéreur du Centre Belcourt.  Il y aurait deux organisations provinciales et un acheteur privé.  «Jusqu’à présent, selon ce que nous savons, et c’est aussi ce que nous souhaitons, ces acquéreurs potentiels n’ont pas l’intention de raser ou de démolir le Centre Belcourt, mais plutôt de lui donner un nouveau mandat ou un nouveau rôle», dit M. Gabriel.  

Le groupe de citoyens de Rustico qui voulait empêcher la démolition de l’édifice ne fait pas partie des acheteurs qui ont manifesté de l’intérêt, a affirmé Gerald Gabriel.  

D’ici le printemps 2017, le Centre Belcourt continuera d’accueillir des groupes pratiquement chaque semaine comme il le fait depuis 1977.  

Mentionnons que le nom du Centre Belcourt ne sera pas repris par le nouveau centre de retraite diocésain.  «Nous espérons que les nouveaux propriétaires auront la sagesse de conserver des traces du nom de l’édifice, mais nous n’en savons rien».

Par ailleurs, Gerald Gabriel rappelle qu’à la fin du mois de mars, l’évêque Richard Grecco bénira la terre sur laquelle sera construit le nouveau centre de retraite, juste avant la cérémonie de la première pelletée de terre.  

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images