FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 27 janvier 2016

Yvette Doucette, responsable des communications à l’ANC, et Erin Mahar, responsable des services d’établissement, se trouvent dans une section du centre des dons qui comporte des jouets et articles pour enfants.

L’Association pour les nouveaux arrivants (ANC) à l’Île continue d’accueillir les réfugiés syriens au fur et à mesure qu’ils arrivent.  En date du jeudi 21 janvier, 10 familles parrainées par le gouvernement avaient emménagé dans des logements permanents ou des appartements, et une famille était en attente.  «Nous sommes aussi efficaces que possible.  Jusqu’à présent, nous avons pu trouver des logements adéquats pour les familles de plusieurs enfants, et nous espérons que cela continuera», a indiqué Erin Mahar, responsable des services d’établissement à l’ANC.  

Le jeudi 21 janvier, Erin Mahar et ses collègues étaient au centre des dons, en face de l’hôtel Delta, pour assister des clients.  «Le centre de dons est au service des familles parrainées par le gouvernement, mais il sert aussi pour les parrainages privés.»  Par exemple, a expliqué Erin Mahar, le jeudi 21 janvier, une famille établie à l’Île depuis quelque temps attendait les arrivants qu’elle a parrainés.  «Ils sont venus chercher des meubles et les choses dont ils ont besoin pour un appartement.  Ils sont responsables du logement, mais ils ont accès aux articles du centre des dons pour les aider». 

Le centre des dons est situé dans un entrepôt spacieux et est très bien garni.  La responsable des communications à l’ANC, Yvette Doucette, rappelle que la réponse des gens a été extraordinaire.  «En un total de 30 heures environ, à raison de quelques heures à la fois, le centre des dons a été rempli.  C’est comme si les gens attendaient cela depuis longtemps.  Nous avons rapidement été submergés, si bien qu’à Noël, nous avons fermé pour nous permettre d’évaluer, d’inventorier, d’organiser et de classer ce que nous avions reçu.  Évidemment, nous ne gérons pas un grand magasin, mais nous faisons notre possible pour que les gens trouvent ce qu’il leur faut».

Le centre de dons est officiellement réouvert le samedi 23 janvier pour quelques heures, et ouvrira tous les samedis aux mêmes heures, jusqu’à nouvel ordre.  «Ce dont nous avons besoin maintenant se classe en trois grandes catégories : des meubles, des fournitures scolaires, et des produits d’hygiène personnelle.  Pour les meubles, on recherche de tout sauf des matelas.  Pour les fournitures scolaires, il suffit de penser à la liste que les écoles distribuent au début de chaque année scolaire.  Il y a de trois à cinq enfants d’âge scolaire par famille.  Ça en prend des fournitures.  Les produits d’hygiène personnelle incluent les produits dentaires, les savons et les shampoings, ainsi que les couches de bébé».

Yvette Doucette rappelle aussi que l’argent est toujours très bien accueilli.  «Il y a quelques jours, nous avons reçu un don en argent de 6 000 $, d’un groupe de fermiers.  L’argent nous permet de procurer aux familles et aux individus exactement ce dont ils ont besoin.  Nous sommes très reconnaissants pour tous ces dons», a indiqué Yvette Doucette.  

La jeune femme s’étonne parfois que dans la société Prince-Édouardienne, se côtoient à la fois des gens qui sont très généreux, qui donneraient leur chemise, et d’autres qui, au contraire, propagent des médisances sur les médias sociaux.  «Personnellement, si je m’arrêtais à ces commentaires d’envie et de jalousie, je serais démoralisée.  Mais avec ce centre de dons, et la vitesse à laquelle il s’est rempli, nous avons la preuve qu’il y a plus de gens qui agissent, que de personnes qui parlent à tort et à travers.  Et nous avons les gens qui agissent de notre côté», a soutenu Yvette Doucette.  


En prévision de l’arrivée des membres de leur famille, ces gens sont venus chercher des meubles et accessoires pour garnir un appartement.

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images