FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 6 janvier 2016

Debbie Rousselle-Montgomery et l’abbé Eddie Cormier, tous deux du Centre d’éducation chrétienne, lancent un appel pour accueillir une famille syrienne dans la région Évangéline.

En collaboration avec RDÉE Île-du-Prince-Édouard et la Coopérative d’intégration francophone de l’Î.-P.-É., le Centre d’éducation chrétienne cherche à jouer un rôle fondamental dans la possibilité d’accueillir une famille.  Devant le flot constant de tristes nouvelles sur la situation en Syrie, le Centre d’éducation chrétienne veut faire quelque chose pour aider les réfugiés de ce pays tourmenté.

«Moi je parle en faveur d’accueillir une famille immigrante parce que les communautés chrétiennes doivent répondre à l’appel du Seigneur, comme lorsque Jésus-Christ nous a rappelé dans l’Évangile : «j’étais un étranger et vous m’avez accueilli»», explique l’abbé Eddie Cormier, membre du conseil d’administration du Centre d’éducation chrétienne.  «Je crois que nous avons un devoir à faire en ce qui concerne cette situation humanitaire; il faut tout simplement essayer de répondre au besoin.»

L’abbé Cormier était sur le comité d’accueil lorsque la région Évangéline s’est mobilisée afin de recevoir la grande famille de Déus et Magdelena Masarabakiza, réfugiés du Burundi.  Il explique qu’à l’époque, comme c’était du nouveau pour la communauté francophone, cela avait pris un peu de temps afin que les gens se réchauffent à l’idée, mais que ça ne devrait pas prendre si longtemps cette fois. 

«Nous avons vu que la famille Masarabakiza a été capable de nous donner de belles leçons de vie et nous offrir une nouvelle ouverture sur le monde», explique l’abbé Cormier.  «Le succès d’intégration de cette famille africaine prouve que nous sommes capables de le faire à nouveau pour venir en aide à une autre famille.»

Le père Eddie Cormier dit que la communauté francophone et l’ensemble de l’Île-du-Prince-Édouard doit jouer un rôle pour accueillir des familles syriennes, en s’inscrivant dans le «mouvement canadien», et la promesse du premier ministre Justin Trudeau d’en recevoir 25 000 d’ici la fin de février.  

«Il y a des millions de réfugiés syriens, alors si le Canada peut en accueillir quelques-uns, cela peut apaiser le rôle que les pays plus proche de la Syrie doivent jouer», indique-t-il.  «Je supporte certainement le rôle que le Canada est en train de jouer sur cet enjeu humanitaire primordial.»

Néanmoins, l’abbé Eddie Cormier réalise qu’il y a beaucoup de stigmates et de questionnement autour la situation syrienne.  Ce sont souvent les extrémistes qui font les nouvelles et cela offre une perception fausse de la réalité de la masse syrienne.  

Afin de répondre à toutes questions, Jacinthe Lemire de la Coopérative d’intégration francophone et Sue Nye-Brothers du Diocèse de Charlottetown vont mener deux réunions publiques, le 11 janvier à Charlottetown et le 12 janvier à Abram-Village (détails dans le communiqué de presse publié dans cette édition de La Voix acadienne).  

Situation similaire à la déportation des Acadiens  

Debbie Montgomery, directrice du Centre d’éducation chrétienne, rappelle que la situation en Syrie n’est pas tellement éloignée de ce qui s’est passé lors du Grand Dérangement en 1755 et 1758, lors de la déportation des Acadiens.  

«Il ne faut pas oublier que nous, comme peuple acadien, étions des réfugiés pendant longtemps aussi», a dit Mme Montgomery.  «Il ne faut pas oublier de repayer ce qui nous a été donné.  L’idée d’être jetés en dehors de son pays; nous connaissons cette histoire-là… Et je crois que nous avons une certaine responsabilité d’aider les syriens réfugiés.» 

Debbie Montgomery et l’abbé Eddie Cormier lancent l’invitation au peuple acadien et francophone de venir les joindre lors des réunions publiques.

- Par Nick Arsenault

L'Île-du-Prince-Édouard en images