FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 5 novembre 2015

À la fin du spectacle de Lennie Gallant, des jeunes de chaque délégation ont entouré le chanteur Lennie Gallant pour marquer leur appréciation de cette belle soirée.

«Par et pour les jeunes» est bien plus qu’une simple expression à la mode.  Pour les organismes jeunesse, c’est un idéal à atteindre, une façon d’arriver à ce que les jeunes développent leur potentiel de leadership.  

«Le Festival jeunesse de l’Acadie s’inscrit très bien dans ce concept de “Par et pour les jeunes”», a indiqué Adrien Buote, président de Jeunesse acadienne, qui était l’hôte de l’événement.  «En tenant le festival à Rustico, nous avons voulu mettre en valeur cette région, et développer chez nos jeunes la fierté d’être capable d’accueillir un tel événement», a-t-il indiqué, en notant que ce sont les jeunes eux-mêmes qui ont préparé la programmation.

Kyle Gill, vice-président de Jeunesse Acadienne, confirme que la région de Rustico est chère à son cœur.  «Ça me rend fier d’être capable d’accueillir le Festival jeunesse ici.  La région de Rustico est très belle et a beaucoup à offrir», a-t-il confirmé.  

Ce festival 2015 s’est tenu durant le week-end de l’Halloween, et même s’il a fait relativement beau, le vent a empêché la délégation des Îles de la Madeleine de faire le voyage.   «C’est dommage, il nous manquait 10 jeunes, mais avec notre petit groupe, les jeunes finissent par se connaître très bien.  Ça devient un avantage d’avoir 30 jeunes», explique Kyle Gill, pour qui c’était le 4e FJA. 

La plus grande délégation d’une province au Festival jeunesse de l’Acadie n’était pas celle de la province hôtesse, curieusement, mais bien celle de Terre-Neuve-et-Labrador.  Les quelque 10 jeunes de ce grand territoire étaient répartis dans les ateliers, et ont semblé avoir beaucoup de plaisir.  

L’accordéoniste Harrison Vallis et sa cousine Jacinda Young, une jeune chanteuse, ont participé à l’atelier de musique, animé par Philippe LeBlanc et Zakk Cormier.  «Je prends des cours depuis plusieurs années avec Bernard Félix à l’accordéon et j’aime bien cela.  Je suis membre de Franco Jeune alors j’avais déjà rencontré quelques participants, et je trouve que ce festival est vraiment parfait et incroyable.  J’ai beaucoup de plaisir».  

L’accompagnateur du groupe de TNL, Gaston Létournau, travaille pour Franco Jeune depuis trois ans.  Pour lui, le «Par et pour les jeunes» veut vraiment dire quelque chose.  «Comme Karine Gallant à l’Île, je suis un outil pour que les idées des jeunes se réalisent.  C’est très stimulant de les voir se prendre en main comme cela.  Avant de prendre ma retraite, je travaillais dans le milieu des jeunes en difficulté, et je n’avais pas beaucoup d’espoir pour l’avenir.  Mais depuis que je travaille avec ces jeunes, je sais que notre pays est entre de bonnes mains», a indiqué Gaston Létourneau.  

L’atelier de leadership au Festival jeunesse de l’Acadie est toujours très populaire.  Ciel MacDonald de Sydney en Nouvelle-Écosse est membre du Conseil jeunesse provincial de sa province et Élise Murvier, native de France, vit à TNL depuis deux ans.  Toutes deux sont d’avis que le leadership, c’est surtout synonyme de travail d’équipe.  «Nous partageons des idées et nous travaillons par consensus pour les réaliser», dit Élise Murvier.  

Cet atelier était animé par Tanya Gallant et Katelyn Gill.  Cette dernière a expliqué que cette année, on mettait les principes du leadership en pratique durant le festival.  «À cause de la température, il y a eu des changements à l’horaire et on a offert aux jeunes la possibilité de planifier et de réaliser une activité qui se déroulera durant le festival.  Comme ça, on apprend et on applique.»  Connaître la théorie du leadership et la mettre en pratique sont deux choses.   Christian Francis de TNL avoue que jusqu’à présent, il a participé à plusieurs activités, sans toutefois utiliser ses connaissances en leadership.  «Mais je viens d’être élu secrétaire-trésorier de Franco Jeune de TNL.  Ça me tentait d’essayer», a-t-il indiqué.  

Les autres ateliers étaient la danse, animée par Marissa Ladéroute, les médias, animés par Anne-Sophie Farion et Rachel Lapointe, et les arts visuels, animés par Lynn Gaudet.  

Savannah Beaupré de Grand-Sault au Nouveau-Brunswick est en 12e année à sa polyvalente et l’an prochain, elle veut poursuivre ses études en arts visuels.  «J’aime bien l’atelier.  On travaille avec une pâte à modeler pour ajouter un effet de trois dimensions à notre dessin.  Mon peintre préféré, c’est Salvador Dali.  Il est extraordinaire», dit la jeune fille.  

Aussitôt dit aussitôt fait.  Grâce aux outils de communication et au wifi, tous les jeunes de l’atelier ont pu voir les travaux les plus populaires de Salvador Dali, et ajouter une bribe de connaissance supplémentaire à leur portfolio.  

Parmi les nombreuses activités au programme, les jeunes ont donné un spectacle et ils ont aussi eu un spectacle privé avec Lennie Gallant, le vendredi 30 octobre, à l’église Saint-Augustin.  Le chanteur a raconté l’histoire de la reconquête du français dans son village natal de Rustico, en offrant quelques-unes de ses plus belles chansons.  

Mentionnons que toutes les activités étaient offertes à Rustico, mais que les dodos (si dodos il y a eu) ont eu lieu au Carrefour de l’Isle-Saint-Jean à Charlottetown.  


Christian Francis, Élise Murvier et Marie-Jeanne Barker, de Terre-Neuve-et-Labrador, et Ciel MacDonald, de la Nouvelle-Écosse, étaient inscrits dans l’atelier de leadership.  

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images