FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 2 novembre 2015
Ils étaient plus de 300 élus municipaux et intervenants des milieux du développement économique, du tourisme ou de la culture d’un peu partout sur le continent en fin de semaine dernière, à Québec, venus poser les premières pierres d’un édifice qu’ils veulent ériger en un gigantesque phare de la francophonie : le Réseau des villes francophones et francophiles d’Amérique. 

Plusieurs arrivaient de très loin. De Lafayette, Opelousas ou Houma, en Louisiane, de Summerside à l’Île-du-Prince-Édouard, de Racine au Wisconsin ou de Biddeford au Maine, de Clare ou d’Argyle à l’extrémité sud de la Nouvelle-Écosse, de Grande Prairie et de Calgary en Alberta, même de Martinique et Guadeloupe, d’Haïti ou de Cuba.

La plupart des villes ontariennes, grandes ou petites, où la présence francophone rayonne un tant soit peu étaient là, de Hearst à Hawkesbury en passant par Sudbury, d’Ottawa à Welland. Comme du Nouveau-Brunswick, de Campbellton à Moncton, de Shippagan à Fredericton, de Caraquet à Dalhousie. Comme, bien sûr, le Manitoba.

Se joignaient à eux les représentants d’une quarantaine de villes québécoises ainsi que de villes américaines agglutinées à la frontière sud du Québec soignant racines françaises, amitiés ou intérêts particuliers, comme  Plattsburg (N. Y.), Woonsocket (R. I.), Nashua (N. H.) ou Burlington (VT).

Ceux-ci répondaient à l’appel lancé au mois de juin dernier par les maires de Québec, Régis Labaume, de Moncton, George LeBlanc, et de Lafayette, Joey Durel, en collaboration avec le Centre de la francophonie des Amériques (CFA).

« Nous visions 30 villes, au départ, indique le directeur général du CFA, Denis Desgagné. Mais à notre surprise, plus de 80 ont répondu (…). Nous avons le sentiment d’avoir généré une volonté d’être ensemble dans la francophonie d’Amérique. Les gens ont manifesté qu’ils ont besoin les uns des autres et on a le sentiment que l’on va accomplir quelque chose de vraiment grandiose. »

Un plan

Cinq volets d’intervention ont été identifiés, explique M. Desgagné : le tourisme, l’économie, la culture, l’engagement de la jeunesse et la généalogie, ce dernier élément étant en pleine effervescence chez les Franco-Américains (11 millions de personnes parlent français aux États-Unis) qui ont soif de découvrir leur origines.

Un plan stratégique a été développé par les participants, souligne-t-il, alors que les maires se sont ensuite retirés pour travailler sur un cadre de gestion de ce plan. Deux dates butoir ont été déterminées. « Il y aura une rencontre des têtes de réseau (le territoire a été divisé en cinq régions qui recevront de l’aide, technologique ou autre, selon leurs besoins) en 2016, en Louisiane, « pour bâtir un tremplin pour 2017 alors que les choses commenceront vraiment à prendre forme.

En 2017

« La vision du Centre (pour 2017) est que des circuits s’organisent, qu’un financement important soit mis en place, et on parle ici de millions de dollars, pour stimuler et motiver la mise en place du réseau (et) que des villes touristiques des Amériques soient retenues ».

Et pas seulement les grandes villes comme Québec ou Moncton, précise-t-il, en expliquant que celles du nord ou de l’est de l’Ontario, de partout en Acadie, du Niagara ou de l’Ouest devraient travailler avec les intervenants économiques et culturels de leur milieu pour élaborer des offres de circuits touristiques. Le gouvernement fédéral, laisse-t-il entendre, serait mis à contribution.

Les participants ont également eu droit à une brochette de conférenciers éminents, dont l’essayiste et romancier ontarien de renommée mondiale John Ralston Saul, un fervent francophile, Barry Ancelet, du Centre d’études louisianaises de l’Université de la Louisiane à Lafayette, et encore de l’homme de théâtre René Cormier, président de la Société nationale de l’Acadie.

Le panel de clôture intitulé Perspectives d’avenir était alimenté par la présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Sylviane Lanthier, le géographe Franco-Américain Dean Louder qui a fait carrière à l’Université Laval, la présidente directrice générale du World Trade Centre de Winnipeg, Mariette Mulaire et le maire d’Edmundston, au Nouveau-Brunswick, Cyrille Simard.

L’Ontario était à l’honneur en prélude au congrès, vendredi soir, pour souligner le 400eanniversaire de la présence française dans cette province. Un spectacle a été offert par des artistes franco-ontariens en présence de la ministre des Affaires francophones de la province, Madeleine Meilleur.

- Par Adrien Cantin (Francopresse)




L'Île-du-Prince-Édouard en images