FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 2 novembre 2015

René Cormier, président de la Société nationale de l'Acadie 
(Photo : Marjorie Pedneault)

Les amoureux de l’Acadie peuvent respirer : Il y aura d’autres congrès mondiaux acadiens, même après 2019. C’est en tout cas ce qu’a affirmé le président de la Société nationale de l’Acadie, René Cormier, lors du dévoilement des résultats de la consultation qui a été menée sur le sujet.

 « Je pense que le peuple acadien veut continuer à se rassembler, à réfléchir à son avenir. Mais le message est clair. Les congrès mondiaux acadiens ne peuvent pas continuer à être ce qu’ils ont été dans le format actuel. Ils doivent se renouveler, faire preuve d’innovation », affirme-t-il.

C’est en 2014 que le questionnement sur l’avenir des congrès mondiaux acadiens s’est exprimé de la part de leaders de la communauté, notamment de l’ancienne présidente de la Société Nationale de l’Acadie, Françoise Enguehard.

On ciblait les budgets importants à trouver, mais plus encore la somme de travail à effectuer, le nombre de bénévoles à rassembler et les infrastructures à trouver pour recevoir tant de gens. En 2014 par exemple, les organisateurs du CMA dans la région du nord-ouest du Nouveau-Brunswick, du Témiscouata au Québec et du Maine ont accueilli 200 000 participants dont 74 800 touristes aux différentes activités du 8 au 24 août, soit pendant 17 jours. La programmation, à elle seule, faisait plus de 100 pages tellement les activités y étaient nombreuses, qu’il s’agisse des rencontres de famille, des spectacles ou des colloques.

Pour mener cet exercice de consultation, la SNA, qui a le mandat d’assurer la pérennité des congrès mondiaux acadiens, s’est tournée vers l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques. Grâce à un questionnaire rempli par 591 personnes, Éric Forgues, le directeur de l’Institut, a pu dresser les grandes pistes de réflexion sur l’avenir des congrès.

Encore pertinents

Les résultats du sondage indiquent qu'une grande majorité (86%) des répondants souhaite que d'autres congrès mondiaux acadiens puissent avoir lieu après celui de 2019. De plus, la plupart des personnes interviewées croient que les congrès mondiaux acadiens sont encore pertinents, et bon nombre disent qu'ils ont eu des retombées pour le peuple acadien au fil des années, notamment en renforçant le sentiment d'appartenance et de fierté acadienne.

On relève par contre que l’événement a pris une trop grande ampleur, tant par le nombre d’activités, ses coûts, sa durée et le territoire qu’il recouvre. On s’inquiète notamment de l’impossibilité pour les petites communautés d’organiser de tels rassemblements.

Même si la consultation a été menée auprès de partisans de congrès mondiaux acadiens, le directeur de l’Institut croit quand même à l’objectivité des réponses.

« Quand on se fie aux commentaires qu’on voyait dans les médias, on avait l’impression que le CMA avait fait son temps. Mais avec cette consultation, on voit que pour la population, le CMA a toujours sa raison d’être », déclare Éric Forgues.

Le directeur de l’institut croit, par exemple, que les outils internet devraient être mieux utilisés pour que les rassemblements soient vraiment des événements internationaux, comme le nom l’indique. Il croit aussi que certaines activités, comme les rassemblements des familles, pourraient être organisées par d’autres personnes que les employés des CMA et leurs bénévoles.

« Je suis très confiant par rapport à l’avenir des CMA », affirme-t-il.

Avec les résultats de cette consultation en main, la Société nationale de l’Acadie poursuit sa réflexion sur les CMA. Elle vient de mettre sur pied un comité consultatif qui devrait remettre ses conclusions finales en 2017.

« En 2017, on aura décidé du format, précise René Cormier. La SNA aura alors en main le nouveau cahier de charges qui devrait servir pour les congrès après 2019. »

- Par Marjorie Pedneault (Francopresse)




L'Île-du-Prince-Édouard en images